Features

Ngaoundéré: Les sept otages de Saltaka libérés après le paiement d’une rançon de 25 millions de F CFA

Saltaka-otage-combattants-Seleka-anti-Balakas-Boko-Haram-enlevées

Ils ont recouvré la liberté depuis vendredi 22 janvier 2016 matin. Les sept ex-otages des villages Saltaka, Ouro-Mal-Nana et Mandjelé sont libres. Ils ont été libérés après le versement d’une rançon de 25 millions F Cfa à leurs ravisseurs. En effet, dans la nuit du 3 janvier 2016, sept personnes, dont des éleveurs et bergers, ont été enlevées par des individus lourdement armés. Les ravisseurs ont fait une incursion tard dans la nuit pendant que les populations ne s’y attendaient pas.

Selon le quotidien Le Jour en kiosque mardi 26 janvier 2016, le chef du village de Saltaka a confirmé le retour des ex-otages. «Nous sommes plus prudents qu’avant. Nos hommes et nos jeunes veillent sur le village depuis l’enlèvement de certains d’entre nous. Il fallait absolument payer et c’est ce que les familles ont fait», a-t-il affirmé. Les sept otages ont été entendus par les forces de maintien de l’ordre et de sécurité. «Celles-ci avaient tenté de les libérer, mais l’opération a échoué. Les ravisseurs avaient alors menacé d’exécuter les otages si la rançon n’etait pas payée», écrit le journal.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon le Jour, les forces de défense sont encore à la recherche des cinq personnes enlevées dans le village Ndouar-Mayo, dans l’arrondissement de Ngan-Ha. «Un hélicoptère de l’armée de l’air survole depuis jeudi les localités de Belel, Ngan-Ha et l’escarpement de Mbé (Falaise de Mbé)», a appris au journal une source à la base aérienne 101 de Ngaoundéré. Par ailleurs, les soldats du Brim qui patrouillent dans les arrondissements de Belel, Ngan-Ha, et Nyambaka sont à la recherche des autres otages.

Des bergers et éleveurs sont encore retenus par des bandes armées dans les arrondissements de Ngan-Ha, Nyambaka et Belel depuis le début du mois de janvier 2016. La libération des sept de Saltaka, dans l’arrondissement de Ngaoundéré 3ème, ramène à 13 le nombre de personnes encore retenues.

Liliane J. Ndangue

Populaires cette semaine

To Top