Features

Ngaoundéré: Le chef présumé des «coupeurs de route» est aux arrêts

Ngaoundéré-adolescents-gang-braqueurs-coupeurs-arrêtés-malfrats-détenu-Boko-haram-interpellées-Arnaque

L’agence de voyage Narral situé au centre ville de Ngaoundéré a été pris d’assaut dans la matinée de samedi 16 janvier 2016 par 9 éléments de l’ESIR, conduits par l’inspecteur de police principal Hamadou Monglo. Deux suspects sont appréhendés parmi lequel Amadou Hamadou, alias «Dogo» chef présumé des coupeurs de route. Si l’on en croit le quotidien Le Jour qui rapporte les faits, une importante somme d’argent a été retrouvée dans les poches du boubou du suspect au moment de son arrestation.

Dans sa publication numéro 2104 du lundi 18 janvier 2016, le journal précise que le suspect est passé aux aveux. «Il reconnait avoir enlevé Daouda Garga, chef du village Ngaounang et Baba Bello du village Makan 1», lit-on. D’ailleurs, Baba Bello, ex-otage témoigne: «c’est lui qui nous a enlevé mon père et moi. Il a fallu que nous payions 10 000 000 de FCFA après des jours de captivité. C’est lui le chef. En brousse, on l’appelait Dogo». L’ex-otage implore les autorités de ne laisser le prisonnier s’échapper sous aucun prétexte. «C’est un homme dangereux. Soyez vigilants», dit-il. Il pourrait revenir tous les égorger au village.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le chef Daouda Garga dit avoir passé les «trois nuits les plus longues» de toute sa vie, à marcher dans la brousse avec ses ravisseurs. «Au moment de mon enlèvement, les ravisseurs m’ont pris 2 800 000 FCFA. Ma famille est allée s’endetter pour trouver les 40 000 000 FCFA qu’ils avait exigé pour ma libération». Ce n’est qu’après avoir été payés que les ravisseurs l’ont ramené à sa famille. «Je ne souhaite à personne ce que j’ai vécu. Je m’évanouissait à chaque fois qu’ils tiraient en l’air pour me faire comprendre que mon heure était arrivée», relate le vieillard.

Depuis le début de l’année 2016, une vingtaine de personnes est retenue captive par les «coupeurs de route». Jeudi 14 janvier 2016 encore, 7 personnes sont portées disparues. La recherche de ces otages est toujours en cours et un présumé preneur d’otage a d’ailleurs été abattu par le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 janvier 2016. Pour l’instant, les deux présumés preneur d’otages ont été transférés à la Police Judiciaire.

Géraldine IVAHA

Populaires cette semaine

To Top