Features

Ngaoundéré : 71 enfants torturés et violés dans une école coranique

Elèves-école-coranique

Le centre correctionnel  a été démantelé par les forces de l’ordre au quartier Haoussa. L’opération de rafle menée par les forces de l’ordre de la région de l’Adamaoua, pour débusquer les cas suspects de Boko Haram ne cesse de surprendre à plus d’un titre.

Le 8 Août 2015  au quartier haoussa à Ngaoundéré, une école coranique transformée en centre
de détention où des enfants subissaient des sévisses corporels, a été découverte,  les éléments de la  patrouille mixte instruite par les autorités administratives. Au total, 71 personnes  dont  69 garçons et 2 filles, qui pendant des années étaient enchaînés, vêtus de haillons, subissaient des tortures  de leur maître de l’école coranique en la personne de Mohamadou Moctar.
Celui-ci était assisté dans cette activité illégale, d’un certain Ibrahim Souleymane, vêtu d’une tenue de la police. Il  était chargé de mettre en exécution, les ordres du marabout, lorsqu’il s’agissait de torturer les enfants.

Après cette découverte,  les mis en cause nient en bloc cette accusation « C’est un centre de redressement pour des cas sociaux avérés. Ces enfants ont soit des problèmes mentaux soit ce sont des bandits. Les familles qui ne peuvent pas les supporter, les  ont amenés chez moi, pour que je les redresse. Et sur place, je m’occupe de leur rééducation » argue Mohamadou Moctar aux forces de l’ordre. Sur le corps des victimes, on pouvait apercevoir des stigmates de sévices corporels,  d’aucuns même grelottant de froid au moment de cette découverte.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Interrogés par les forces de l’ordre, une des victimes dont une fille de 14 ans s’est confiée à ses libérateurs. « J’ai été amenée par mes parents par ce que j’ai refusé d’aller en mariage avec un homme qu’ils m’ont obligée à prendre pour époux. Selon mes parents c’est  pour me libérer des mauvais esprits. Pendant mon séjour ici, j’ai été violée par  Mohamadou Moctar» explique cette dernière. Âgé de 50 ans, Hamat Issa tailleur de profession  est le plus âgé des détenus de Mohamadou Moctar.

Ce dernier confesse qu’il a été amené de force par les membres de sa famille. «Depuis que je suis  ici, j’ai été obligé de nettoyer  et enterrer nuitamment mes camarades qui mourraient »  a-t-il déclaré aux forces de l’ordre. Au cours de cette phase interrogatoire, on apprend que 8 cas de décès ont été enregistrés dans ce centre de redressement. Les infortunés ont reçu des examens médicaux et le repas leur a été servi, puis  ils ont été renvoyés chacun dans sa famille respective.

Selon
des sources policières, ce genre de pratique pourrait être une façon de faire un lavage de cerveau à ces enfants afin qu’ils puissent intégrer plus tard la secte Boko haram. Pour l’heure, une enquête est diligentée par la gendarmerie afin que lumière soit faite sur cette pratique qui relève
d’une autre époque.

Esaie Meidogo Shakur (Cp)

Populaires cette semaine

To Top