L’auteur compositeur et interprète de Makossa, un rythme musical camerounais, était, selon ses proches, «très souffrant ces derniers temps. Il y a presque deux mois de cela qu’il s’ést rendu en France pour y subir un examen médical complet. Symbole de la lutte contre la piraterie et les droits d’auteurs des artistes, Joe Mboule meurt alors qu’il venait d’être porté à la tête de la Société Camerounaise civile de musique au mois de mai 2015. On se souviendra tout de même des titres à succès du célèbre fils du Canton Akwa à Douala, «Mpuly nwa salamander», «Osi Linga», «Ne Wa Mbussa» ou «Malabar».

Journal du Cameroun