Actu'Décalée

Mourdas, douze personnes égorgées à la machette dans une attaque attribuée à Boko Haram

Fotokol-Boko-Haram - Cameroun-Mayo-Sava-libération

Douze personnes ont été égorgées à la machette au village Mourdass, dans la nuit de lundi à mardi, apprend KOACI, auprès d’une source sécuritaire de premier plan en détachement à l’Extrême-Nord du pays, dans le cadre de la lutte contre Boko Haram.

Au Petit matin du mardi 25 août 2015, 10 hommes et 2 femmes ont été retrouvés,- par une patrouille des forces de sécurité-, égorgées à la machette, après une attaque attribuée à Boko Haram, dans le petit village camerounais de Mourdass, arrondissement de Hile Alifa, dans la région de l’Extrême-Nord.

Les forces de sécurité, arrivées après l’attaque, se sont lancées à la poursuite des assaillants, qui se seraient repliées au Nigéria voisin, « comme toujours, les forces de sécurité camerounaises se heurtent à un défi. Elles ne possèdent pas de « droit de poursuite » en territoire nigérian », précise la source militaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le 23 août dernier, les éléments non identifiés, présumés membres de Boko Haram, dans deux attaques séparées, incendiaient une partie du village Manwadji, dans l’arrondissement de Mora. Les terroristes y enlevaient plusieurs personnes en les conduisant au Nigéria.

Dans une autre attaque, les présumés membres de Boko Haram, tuaient quatre personnes à Ngoumouldi, à 25 km de Mora, dans le département du Mayo-Sava, région de l’Extrême-Nord.

La secte affaiblie par les frappes de la coalition Cameroun-Tchad, n’affronte plus frontalement l’armée, mais procède par des attaques surprises dans les villages.

Les attaques attribuées à Boko Haram, ont fait plus près de 100 000 déplacés au Cameroun et entraîné dans le pays, la fuite de 42 500 nigérians, officiellement recensés et réfugiés au camp de Minawao.

Armand Ougock

Populaires cette semaine

To Top