Features

Mort du fils d’Ama Tutu Muna: Les dessous de l’enquête de police

Ama-Tutu-Muna-Synaprom-artistes
Efemi Kwenti Muna, fils unique de la ministre des Arts et de la Culture Ama Tutu Muna n’est plus de ce monde depuis le Samedi 8 février, ayant trouvé brutalement la mort dans un accident sur la route de Soa à plus de 3 heures du matin.De nos jours, les enquêtes de la police et de la gendarmerie ont permis de lever quelques unes des interrogations qui commençaient à meubler le quotidien de certaines rédactions de la place et des réseaux sociaux. On sait d’ores et déjà que l’excès de vitesse aura été la principale cause du drame qui a arraché la vie à 3 occupants d’une voiture de marque Mercedes Jeep immatriculée CE 367 FA, appartenant à Ama Tutu Muna. Le défunt était le conducteur de ce véhicule dont la vitesse estimée par la brigade des accidents se serait portée à plus de 150km/h au moment de l’accident.

On retiendra qu’au lieu-dit Ngoulmekong/Fougerole, la voiture a arraché 3 poteaux d’énergie solaire avant de se retrouver sous les roues d’un gros porteur de la société Hysacam. Quelques recoupements ont permis de comprendre qu’Efemi Kwenti Muna, 27 ans sonnés, était un accro de la vitesse. Revenu au Cameroun après un passage aux USA et envoyé du côté de l’Afrique du Sud, il aimait comme on le dit vulgairement, «jouer la vie», Jusqu’à son retour récent au Cameroun fait de regret de la part de sa mère qui, précise un proche de la famille, aurait tout donné pour que cet enfant soit heureux.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Des témoignages concordants indiquent qu’à la manière des jeunes actuels, fils des hauts cadres de notre administration, Efemi Kwenti Muna affectionnait les lieux de plaisir de la capitale. Malheureusement, ceci a toujours un prix qui peut aller jusqu’à la suppression de la vie comme c’est le cas ici.

Les enquêtes de la police et de la gendarmerie permettent donc d’éliminer les questions superstitieuses selon lesquelles les chefs Sawa qui soutiennent Ndedi Eyango dans son combat pour retrouver sa place de Pca, auraient jeté un sort à la ministre.

Cet esprit magico-religieux aurait d’ailleurs poussé certains détracteurs d’Ama Tutu Muna à se lancer cyniquement dans des déclarations selon lesquelles, elle aurait sacrifié son fils unique pour se maintenir au gouvernement. Nous y reviendrons avec d’autres détails.


La Nouvelle

Populaires cette semaine

To Top