Confidences

Miss Cameroun: Marthe-Cecile Micca étale les défaillances du Comica

Je sais que ce texte est susceptible de déranger le confort intellectuel et la tranquillité mentale de certains mais je n’aurai jamais dit assez tant que la cause des femmes sera à défendre. A force de vouloir protéger stupidement le Comica, les personnes chargées de la communication de cette structure finiront par étaler lamentablement les limites de cette organisation défaillante et moribonde. A en croire certains dires l’équipe du Comica est visiblement engagé dans une manœuvre macabre dans le but de sauver l’image nauséeuse de leur entreprise. Parlons de l’image du Comica sur le plan ethnique: C’est regrettable de lire çà et là des écrits que je qualifie de puérils de la part de certaines personnes proches de cette structure.Des personnes mandatées par je ne sais quel diable sont montées au créneau pour nous faire entendre que ce sont les bamiléké qui veulent détruire le Comica en ayant en arrière-plan un certain Grégoire Piwolé ? Le Cameroun n’est pas le seul pays où il y a plusieurs compétitions de MISS, la concurrence encourageant l’excellence, pourquoi ne nous en accommodons pas ? Mais au fait de quelle image parle-t-on ?

*Une image souillée par diverses dénonciations de proxénétisme sur mineures.
*Une image fanée par des abus de pouvoirs allant jusqu’aux injures.
*Une image décolorée par des multiples indignations de violences psychologiques sur mineures.
*Une image altérée par des accusations de maltraitances sur mineures.
*Une image défraichie par divers scandales de réclamations financières.
*Une image noircie de ruptures à polémiques avec des anciennes Miss.
*Une image pourrie par des multiples incongruités organisationnelles.
*Une image abimée par des irrégularités structurelles et administratives.
*Une image délavée par des clivages tribaux et déshonorants d’une structure qui se veut représentative.
*Une image dénaturée par une mythomanie caractérisée, l’irresponsabilité et le mépris de la jeune femme.

De qui se moque-t-on à la fin ? Si vous arrivez à payer le silence de certaines personnes, sachez que vous n’allez pas aussi vous payer nos consciences, la conscience collective des jeunes femmes que nous sommes et qui en ont marre de la médiocrité et du chantage psychologique des gens. Vous pouvez enclencher le processus de sabotage contre la personne MICCA. Je milite contre la violence des femmes faites aux femmes. Je vous laisse libre court de dire ce qui vous plait mais sachez que je milite pour la cause de la femme.

L’art n’a pas de parti, vous ne pouvez pas payer ma conscience.

L’art milite pour la vérité, contre les abus, les injustices et les violences de tous genres. Il est très aisé de monter au créneau pour dire que le problème de Comica ce sont les Bamiléké. N’est-ce pas là un oxymore quand nous savons tous que les Bamiléké font partie intégrante de ceux qui sponsorisent cette structure ? Quelle dérision !!! Disons que soit il s’agit d’un mépris envers la Nation, soit alors c’est une analyse sélective.

Quand il faut aller chercher les capitaux à l’Ouest pour dynamiser Comica tout va bien et dès qu’on pointe du doigt de flagrants manquements du Comica l’Ouest devient l’ennemi à battre. Honte à ceux qui le disent, honte à vous.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Nous évoluons dans un contexte comportemental ou personne n’assume jamais ses erreurs, mais nous voulons le changement. Nous voulons le changement mais nous ne devons jamais parler même quand ça pourrit. Arrêtez, je dis stop !!!
Parlons du Comica sur le plan éthique
J’amorcerai ainsi mon propos. De source bien introduite, il semblerait que Comica fait signer des contrats à des mineures sans consulter ni rencontrer leurs parents. Il semble par ailleurs que la Miss 2010 alertait déjà sur le caractère proxénète du Comica et Mme Amougou avait alors confisqué le principal prix (la voiture) parce que la jeune fille avait refusé d’honorer à un rendez-vous qui lui avait été fixé par je ne sais quelle mère maquerelle quelque part dans un lieu lugubre de Yaoundé.La 1ere dauphine Audrey Aboula a démissionné de ses fonctions, un comité de discrédit a vite fait de prendre la parole pour étouffer ce qu’elle aurait pu dire. Pourtant les signes ne trompent pas. La déchéance au sein du Comica est irréversible. Une banqueroute morale étant difficilement surmontable, le Comica par ces nouveaux scandales offre sa tête à l’échafaud. Ce n’est ni par les menaces ni par le chantage envers ces jeunes femmes courageuses qui ont décidé enfin de rompre le silence qu’on taira les Camerounais sur cet autre scandale de trop qui égratigne notre conscience et empoisonne nos mœurs.La présidente du Comica est venue remettre en question la probité morale d’une MISS qui représente l’image de la jeune femme Camerounaise. J’ai analysé son propos sous trois angle
Premièrement : N’est-ce pas là un aveu d’incompétence de la part du jury ? Je me questionne quand je sais que ces miss sont misent en examen et qu’elles passent des semaines entières avec ce comité avant d’arriver en finale. Le Comica voudrait donc nous faire comprendre qu’il a couronné une jeune fille de moralité ou de mentalité douteuse ? Je n’ai toujours pas su comment interpréter les propos de la présidente Comica. Je ne fais que me questionner, ne m’en voulez pas c’est mon cerveau qui est en intense activité.

Deuxièmement: Si le Comica à qui nous sommes supposé faire confiance, ne fait déjà pas confiance à ses MISS pour quelle raison devons-nous continuer à faire confiance au Comica ? Vous-même vous ne croyez pas en vos produits marketing et vous voulez que la nation vous fasse confiance ? Quelle ironie !!! Voilà à quel prix l’image de la femme camerounaise est vendue sur le marché international par ses propres responsables. Comment êtes-vous étonnés que le visa de France ait été refusé à la précédente MISS ? A un moment il faut se poser les bonnes questions.

Troisièmement: Je me demande s’il était donc plus aisé pour la présidente du Comica de se désengager de toutes responsabilités en livrant la petite Julie Frankline Cheugueu Nguimfack en pâture. Quelle est donc la sécurité et la protection offerte à nos jeunes cadettes si face à la première difficulté elles sont livrées à la vindicte populaire ? La voilà donc malade, puisse le ciel qu’il ne lui arrive rien. S’il arrivait quoi que ce soit à cet enfant le Comica aura des comptes à rendre au peuple Camerounais.

Je ne puis taire ma désolation, de voir les images de la « toute puissante » fille de la présidente du Comica qui au nom de sa mère et du Comica s’offre la liberté d’insulter fièrement le cadavre de la maman d’une compatriote en la comparant avec celle de sa maman qu’elle dit être puissante. Le prix investit dans l’éducation de nos enfants se trouve tout dévoilé. Comment peut-on éduquer un enfant si nous-mêmes manquons d’inculquer des profondes valeurs dans la vie des nôtres. Pathétique !!! Si dans les réseaux sociaux cet enfant peut se permettre de pousser si loin le bouchon je me demande dans le vécu réel ce que vivent les Miss au quotidien.

Bravo, rien à redire, vous êtes à encourager votre travail est juste parfait, les faits parlent d’eux.

La jeunesse est debout et de tout cœur avec ces jeunes femmes qui subissent au quotidien des injustices sans que l’on ne s’en émeuve !
MISS Cameroun ou Cameroon MISS sont des organisations désormais nationales et leur gestion doit être questionnée par l’ensemble des Camerounais.

Non, « le silence on tourne » est terminé et vous serez désormais mis devant l’histoire face à vos actes ! Tenez-le pour dit !

Sources : Journal du Cameroun.com

Populaires cette semaine

To Top