Features

Ministère DES DOMAINES : Le chef de service de la maintenance Michael Sanda Ngufor arrêté

Bandjoun-prison-enfant -police-arrete-brigangs-voleur-Express-union-N’Djamena

La police a happé Michael Sanda Ngufor jeudi dernier dans son bureau. Un début d’après-midi jeudi dernier au hall de l’immeuble ministériel n°2, une foule nombreuse de curieux s’est spontanément massée pour vivre la capture du chef de service de la maintenance du ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf).

Michael Sanda Ngufor a été « surpris » dans son service par une demi-douzaine de policiers, particulièrement menaçants, selon des témoins. Les mêmes qui disent que l’intéressé, qui est le maintenancier principal de l’ensemble de l’immeuble ministériel n°2 (qui abrite les services du Minesup, Minfof, Minepded, Mindcaf et du Minhdu) n’a même pas eu le temps de fermer son bureau à clé, sous la pression des flics.

Il n’aurait même pas obtenu la possibilité de signaler à sa hiérarchie sa mésaventure. Les policiers en service à la police judiciaire (Pj) de Yaoundé exécutaient un mandat d’amener signé du procureur de la République, près le tribunal de première instance de Yaoundé. Le responsable du Mindcaf a été gardé à vue au commissariat central n°1 de Yaoundé dès jeudi. Hier, il était attendu à la PJ.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Tout part d’une plainte de l’officier Odile Virginie Batjomb, en service à la Pj, contre Michael Sanda Ngufor pour « escroquerie foncière, destruction des biens et trouble de jouissance ». L’affaire est instruite à la PJ. « Curieusement », ajoute-t-on au Mindcaf. Selon le directeur de la police judiciaire de Yaoundé, le commissaire Jacques Dili, rencontré hier « la PJ n’a fait qu’exécuter le mandat d’amener décerné par le procureur ». Le Dpj précise que Michael Ngufor a été convoqué plusieurs fois pour répondre des faits qui lui sont reprochés, mais a refusé de se présenter.

Toutes choses que réfutent des collègues du fonctionnaire en poste au Mindcaf. Ceux-ci précisent même que dans le litige foncier, qui lui vaut des ennuis judiciaires aujourd’hui, Michael Sanda Ngufor n’a rien à se reprocher. En attendant d’y voir clair, au ministère des Domaines, l’on vit mal cette arrestation qui « viole le code de procédure pénale ». Aux dernières nouvelles, du fait de l’absence de son maintenancier principal, l’immeuble ministériel n°2 est livré à la merci de certains dysfonctionnements techniques qui pourraient s’avérer graves si rien n’est fait. Dans les couloirs du Mindcaf, des employés parlaient hier d’une correspondance du Mindcaf au Dgsn pour dénoncer cette « bavure policière ».

© Source : L’Equation

Populaires cette semaine

To Top