Features

Michel-Thierry Atangana traîne Mebe Ngo en justice

michel-thierry-atangana-Amadou-Ali-Laurent-Esso
Michel-Thierry Atangana n’a pas encore oublié le triste souvenir de sa détention dans une cellule du secrétariat d’Etat à la défense (Sed) pendant 17 ans. Trois mois seulement après sa libération, le Franco-Camerounais condamné en 1997 pour détournement des deniers publics veut obtenir des explications sur sa détention jugée abusive.
Il vient en effet de saisir les tribunaux français, se plaignant de trois personnalités camerounaises. Il s’agit d’Amadou Ali qui, à l’époque de son interpellation, occupait les fonctions de ministre secrétaire général de la présidence de la République. Mais aussi, d’Edgar Alain Mebe Ngo et de Laurent Esso. Le premier, alors préfet du département du Mfoundi avait ordonné sa détention administrative, alors que le second avait influé sur sa lourde condamnation de sa posture de ministre de la Justice, garde des Sceaux.«Le groupe de travail de l’Organisation des Nations-Unies avait, après avoir été saisi, donné trois recommandations.
Il était question que Michel-Thierry Atangana soit libéré immédiatement, qu’il soit indemnisé par le gouvernement camerounais et que les auteurs de cette détention abusive soient poursuivis. La première exigence, à savoir sa libération a été satisfaite. Maintenant, il est question que ceux qui l’ont injustement gardé en prison s’expliquent », indique un membre du comité de soutien de l’ex-détenu du Sed. Michel Thierry Atangana ne s’arrêtera d’ailleurs pas en si bon chemin. Car après cette étape, viendra la procédure de son indemnisation. Cette fois, Paul Biya a été exclu des personnes ciblées par cet homme d’affaire qui a été déjà entendu par la police parisienne.

Joseph Flavien KANKEU

Populaires cette semaine

To Top