Features

Mgr Victor Tonye Bakot s’en va

La nouvelle de la renonciation de l’archevêque de Yaoundé , hier en mi-journée, a plongé les fidèles catholiques dans la stupeur.
13h. Ce qui n’était qu’une rumeur il y a encore quelques minutes se confirme : Mgr Victor Tonye Bakot a renoncé au gouvernement pastoral de l’archidiocèse de Yaoundé.

Pour ceux qui n’ont pas été alertés par les réseaux sociaux ou le téléphone arabe, l’ouverture du journal de la mi-journée sur le Poste national de la Crtv tombe comme un couperet. Dans les paroisses de la ville où la nouvelle se répand comme une traînée de poudre, l’inquiétude se lit sur les visages. On téléphone frénétiquement à des conseillers spirituels qui eux-mêmes ne savent pas à quel saint se vouer, essayant de trouver des mots justes pour rassurer leurs ouailles. « D’abord la démission du pape Benoît XVI. Et maintenant çà ! Mais qu’est-ce qui se passe là-haut ? », s’interroge un chrétien catholique dans un taxi, tout en se signant.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A la cathédrale Notre-dame-des-victoires de Yaoundé où la nouvelle tombe à l’heure de la « prière du Précieux Sang », l’on est plus que jamais dans le recueillement. A l’avant-dernier rang, Mélanie Yamga, une chrétienne avoue tout de même : « Je suis touchée. J’ai l’impression d’avoir perdu mon berger. Cette décision est stressante à la limite, parce que renoncer à une mission sacerdotale, c’est énorme. Je me demande si cette nouvelle ne va pas déstabiliser l’Eglise». Au sanctuaire marial récemment inauguré par l’archevêque métropolitain, l’un des chrétiens abordés qui n’est pas encore au courant, s’étonne puis, prend la résolution de l’intégrer dans ses prières du jour.

Un peu plus haut, le portail qui mène au presbytère est cadenassé. A la moindre approche, l’un des préposés au gardiennage s’écrie : « Revenez à 14 h 30 ! ». A 14 h 30, rebelote. Avec plus de verve cette fois. « Revenez plus tard ! Personne ne peut vous parler maintenant, personne ! » Joint au téléphone, un membre du clergé en poste à la cathédrale prévient qu’il ne fera aucun commentaire, sauf pour mentionner que ses frères et lui sont en prière.

A la Centrale diocésaine des œuvres (Cdo) où se trouvent les bureaux de l’archevêque, la tension est à couper au couteau. Toute entrée est filtrée. Mgr Tonye Bakot est invisible, injoignable au téléphone. Pendant ce temps, le Nonce apostolique se refuse à tout commentaire, invitant la presse à se contenter de son communiqué.

Sources : Cameroun Tribune

Populaires cette semaine

To Top