Features

Mgr Tonye Bakot, « Je voudrais qu’on me laisse tranquille.»

mdaille vtb 27

Cameroon Tribune a rencontré l’ancien archevêque de Yaoundé qui s’exprime pour la première fois depuis la renonciation à sa charge épiscopale en juillet dernier.

C’est un Victor Tonye Bakot visiblement bien portant que CT a rencontré mardi à Yaoundé. Sans soutane. Juste un pantalon noir et une chemisette, l’homme du reste très souriant a l’air en grande forme. Il accepte volontiers de nous parler, six mois après son départ de la tête de l’archidiocèse de Yaoundé. Tout en précisant que son désir le plus profond est de se faire oublier.

« Je voudrais qu’on me laisse tranquille. Il ne faut pas affabuler sur quelqu’un qui s’est retiré et garde le calme. Je voudrais qu’on me laisse mener ma vie comme je l’ai toujours fait jusqu’à présent. Ce matraquage médiatique est tout simplement une cabale avec tout ce que cela draine comme calomnies. »

Prêt à faire face à tout lynchage médiatique, il a préparé un document intitulé : « Démenti pour désinformation.» Celui-ci fait un condensé de toutes les déclarations des médias relatives à sa personne. Les noms des publications n’y figurent pas. Mais on peut lire : «  Résidence encerclée par des militaires après la renonciation » ; « AVC avec séjour dans une clinique non-identifiée » ; « Passeport retiré » ; « Fuite en Europe » ; « En garde à vue à la police judiciaire » ; « En cellule au Sed » ; « En prison à Kondengui » et « Emprisonnement ferme au Vatican ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Lorsqu’on suggère que ces rumeurs sont alimentées par son silence depuis sa renonciation, il répond : «  Je n’ai pas à m’expliquer.» Nous insistons : mais tout le monde a été surpris Monseigneur ! « Je ne voudrais pas parler de ma renonciation. Tout ce que je souhaite, c’est qu’on me laisse vivre en paix malgré mon silence embarrassant et gênant pour beaucoup. Toute personne a droit à sa bonne réputation. Ce matraquage médiatique n’a que trop duré, n’en déplaise aux fossoyeurs de tous bords », dénonce-t-il.

Dans l’échange qui s’en suit, quelques révélations sur son quotidien aujourd’hui : « Depuis que j’ai renoncé à ma charge épiscopale, je mène une vie ordinaire ». Sport, offices, activités intellectuelles, consécration d’église, obsèques meublent régulièrement ce quotidien. « Je ne prends pas part à des cérémonies officielles parce que je me suis retiré », assure l’archevêque émérite.

Au plan judiciaire, Mgr Victor Tonye Bakot affirme qu’il ne fait  l’objet d’aucune poursuite. Jamais il n’a été inquiété par quelque institution que ce soit. « On dit que mon passeport a été retiré : ce n’est pas vrai. Je l’ai. Et je peux aller où je veux. J’avais prévu un voyage en Europe, moi-même je l’ai annulé », martèle-t-il, assurant qu’il est bien dans son pays d’origine.

©Elise ZIEMINE via Cameroon Tribune 

Populaires cette semaine

To Top