Features

Mgr Samuel Kleda: «Boko Haram veut prendre un pouvoir…»

Samuel Kleda-Boko Haram-Cameroun-Camer24

Interrogé ce mercredi 25 décembre 2014 sur les antennes de Radio France Internationale, l’archevêque métropolitain de Douala Samuel Kleda estime qu’il sera difficile que la situation d’insécurité au Nord du Cameroun engendre des tensions religieuses dans cette partie du pays.

Samuel Kleda

L’Archevêque métropolitain de Douala s’est exprimé ce mercredi 25 décembre 2014 sur l’insécurité qui sévit dans la partie septentrionale du Cameroun depuis l’arrivée de la secte islamiste de Boko Haram. Interrogé par Christophe Boisbouvier, présentateur de l’émission « Invité Afrique » sur Radio France Internationale (RFI), le prélat a estimé que le conflit généré par le groupe islamiste Boko Haram au Nord du Cameroun aura du mal à aboutir à des tensions religieuses. « La tension religieuse, ça sera difficile parce que ceux qui entrent au Nord Cameroun tuent aussi bien les musulmans que les chrétiens, ce qui veut dire que ce sont des gens qui veulent prendre un pouvoir. C’est une affaire politique. » A indiqué l’homme de Dieu.

C’est une affaire politique.

Il reconnait néanmoins que depuis quelques temps, la situation est difficile pour des religieux catholiques opérant dans cette partie du pays, du fait des enlèvements à répétition des prêtres et des missionnaires.  On pense notamment aux deux prêtres italiens, au prêtre français et à la religieuse canadienne kidnappés entre 2013 et 2014.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Évidemment la situation est devenue très difficile, beaucoup de missionnaires ont été obligés de quitter leurs missions mais il y a quand même certains qui restent dans leurs paroisses où ils travaillent dans des grandes villes», regrette l’archevêque de Douala.

Aussi Samuel Kleda refuse de voir une base religieuse dans le conflit qui sévit en République Centrafricaine entre les ex-rebelles de la Séléka et les anti-balaka.

Des clans se sont formés.

« Je crois que le groupe qui est entré en premier en Centrafrique, la Séléka ne venait pas pour imposer une religion. Il venait prendre le pouvoir mais à partir de là, étant donné que certains sont musulmans, ils ont rencontré en face d’eux des chrétiens et finalement à partir de là, des clans se sont formés. » Analyse celui qui s’est rendu récemment  sur le terrain des hostilités.  Il appelle  les différentes parties au dialogue.

Apres lecture de cet article que pensez vous des propos de l’archevêque Samuel Kleda ?

Wiliam Tchango

Populaires cette semaine

To Top