Features

Mfou lance la machine de la Transformation agricole

Mfou-Yaounde-Cameroun

Différentes techniques enseignées vendredi dernier aux femmes rurales, lors d’un atelier de formation en présence du ministre du Commerce. Les femmes rurales de Mfou n’auront plus à pâlir d’envie devant les produits agricoles transformés, vendus en conserve dans les grandes surfaces.

Elles aussi savent désormais comment extraire de l’or des produits de la terre, tels que le cacao, le manioc et même le soja. Les ingrédients de cette recette leur ont été livrés au cours d’un atelier de renforcement des capacités organisé vendredi dernier à Mfou. La cérémonie qui a eu pour cadre la salle des conseils de la mairie de Mfou s’est ouverte en présence du ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana et des autorités administratives du département de la Mefou et Afamba.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Après la phase des allocutions, le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana, a pu se faire une idée des produits, objet de la formation, à travers une visite des stands d’exposition aménagés à l’esplanade de l’hôtel de ville de Mfou. Notamment, les dérivés de cacao, de manioc et de soja. La formation a été séquencée en cinq sous-ateliers. Ceux-ci étaient orientés vers la fabrication du beurre, du chocolaté et du savon à base du cacao. Les femmes ont également appris comment élaborer l’amidon, le tapioca et le fécule à partir du manioc. Même chose concernant le soja. Elles ont assisté à la réalisation de la viande végétale et de la viande à partir de cette céréale. Par ailleurs, le processus d’extraction de jus et d’alcool à base de fruit leur a été enseigné, ainsi que le fumage de poulet. Cet atelier de formation, tenu dans le cadre des activités du projet Hub et Spokes II, initié par l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) en direction des pays du groupe Afrique-Caraïbe-pacifique a constitué une véritable aubaine pour les femmes entrepreneurs du département. « Nous avons du mal à écouler localement les produits de nos récoltes. Résultat, nous enregistrons d’énormes pertes du fait du manque de moyen de conservation. Les techniques de transformation que nous apprenons aujourd’hui constituent un grand pas pour nous », s’est réjouie Rosalie Kim, présidente de l’association « femmes actives de Nkilzock », participante. A la fin de l’atelier, les femmes ayant pris part à la formation ont reçu des certificats de participation.

Michèle FOGANG

Populaires cette semaine

To Top