Features

Session parlementaire: Les Députés mettent la pression sur le cas Camair-co

Boko-Haram-Sénat-l’Assemblée-nationale-Cameroun-session-parlementaire-députés-armes

Les chapelles politiques de l’Assemblée Nationale s’approprient la préoccupation portant sur la compagnie aérienne nationale du Cameroun de Cavaye Yéguié Djibril, le Président de ladite chambre.

Le 2 juin dernier dans son allocution d’ouverture de la session parlementaire de juin, Cavaye Yéguié Djibril, le Président de l’Assemblée Nationale (PAN), a dévoilé ses inquiétudes au sujet de la situation de la Cameroon Airlines Cooporation (Camair-Co), la compagnie aérienne nationale. Le quotidien Le Jour édition du 6 juin 2016 nous informe qu’«il semble bien que l’Assemblée Nationale ait décidé de faire bloc et de parler d’une même voix sur le dossier Camair-co».

Des colonnes du journal, on apprend que les parlementaires évoquent une possibilité d’exercer leur rôle de contrôle dans cette entreprise aujourd’hui qualifiée «de grand malade». L’Honorable Joshua Osih, vice-président du groupe parlementaire du Social Democratic Front (SDF), déclare à cet effet: «Nous avons des moyens de contrôler l’action gouvernementale. Je pense qu’on va prendre les mots du PAN tels qu’ils sont pour faire notre travail. Les Camerounais peuvent être tranquilles en sachant que les députés veillent au grain. Camair-Co, c’est l’argent du contribuable».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Aussi, ajoute-t-il, «le très honorable CavayeYéguié Djibril parle au nom de tous les parlementaires. Il a été clair dans son discours d’ouverture de session. Il a mentionné que les députés sont inquiets sur le sujet».

Pour rappel de mémoire, le PAN a déclaré en parlant de Camair-Co que «la représentation nationale souhaite que soit accélérée le processus de redressement de Camair-Co. Nous savons qu’un audit de la compagnie a déjà été commandé. Nous y fondons beaucoup d’espoir. Un travail qui devrait se faire sans complaisance. Aux grands maux, disons-nous, de grands remèdes».

Pour l’Honorable Albert Dooh Collins du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), «aujourd’hui il faudrait suivre» l’évolution de la compagnie. «L’encadrer sérieusement afin qu’elle puisse fonctionner dans les standards internationaux».

Liliane J. Ndangue

Populaires cette semaine

To Top