Economie

Medcem Cameroun, la 4ème cimenterie du pays, a lancé la commercialisation de son produit

medcem-cameroun-cimenterie

A la quincaillerie Quifeurou du quartier Biyem-Assi à Yaoundé, des centaines de sacs de ciment sont exposés ce 28 octobre 2015. Aux couleurs bleue et rouge qui dorent les emballages, l’on dirait le produit de Dangote Cement Cameroun. Mais, une observation plus affinée permet de constater que sur les sacs, il est bien écrit «Medcem Cameroun», du nom de la cimenterie turque nouvellement construite à Douala, la 4ème du pays après Cimencam du groupe Lafarge, Cimaf du Marocain Addoha et Dangote Cement du milliardaire nigérian Aliko Dangote.

Une plaque posée à côté de cette cargaison achève d’ailleurs de convaincre les sceptiques sur l’effectivité de la commercialisation de ce ciment, dont l’ouverture de l’usine de production annoncée depuis mars 2015, puis pour le mois de juin, a finalement pris beaucoup de retard. Mais, en ce mois d’octobre 2015, les premiers sacs de ciment de la société Medcem Cameroun, filiale locale du groupe turc Eren Holdings, sont bel  bien sur le marché. Une présence discrète pour l’instant.

En effet, apprend-on de bonnes sources, seule la chaîne de quincailleries Quifeurou commercialise ce ciment pour l’instant. Certaines sources au sein de cette entreprise parlent même, pour l’heure, d’exclusivité. «C’est le ciment Medcem Cameroun qui va remplacer le ciment Quifeurou», soutient un employé de la quincaillerie, évoquant ainsi la disparition prochaine du ciment importé en vrac par cet opérateur camerounais, et ensaché localement avec l’estampille Quifeurou sur les sacs.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Malheureusement, comme c’est déjà le cas avec Cimaf et Dangote, l’arrivée de Medcem Cameroun sur le marché du ciment risque de ne pas avoir d’incidence notable sur le prix de ce produit dans le pays. En effet, le sac de 50 Kg du ciment Medcem est actuellement vendu sur le marché de Yaoundé à 4750 francs Cfa, soit très légèrement en dessous des 4800 à 5000 francs Cfa pratiqués par les distributeurs des concurrents dans la capitale.

Cette stagnation des prix dans un contexte de plus en plus concurrentiel et de surcroît marqué par une supériorité de l’offre sur la demande, n’a pas manqué d’étonner le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, pour qui la situation actuelle frise l’entente illicite entre producteurs de ciment. Le 23 octobre dernier, il a ordonné une enquête sur le phénomène. Les résultats de cette investigation gouvernementale sur les prix du ciment, à livrer sous 10 jours, sont attendus d’ici le 2 novembre 2015.

BRM

Populaires cette semaine

To Top