Actu'Décalée

Maroua: Un lycéen tué et jeté dans un puits

Motos-Maroua

Le corps sans vie de Yanda, élève en la classe de Terminale D au lycée de Kakataré a été retrouvé lundi matin au quartier Palar à Maroua. Les élèves de la classe de Terminale D du lycée de Kakataré à Maroua ont assisté vendredi dernier à la morgue de l’Hôpital régional à la levée de corps de leur camarade Yanda, 21 ans, retrouvé mort le lundi 23 mars dernier dans un puits au quartier Palar à Maroua.

Il a été inhumé samedi dans son village d’origine à Horlong dans l’arrondissement de Moulvoudaye, département du Mayo-Kani. La nouvelle de ce meurtre a créé une onde de choc au quartier Palar à Maroua. Selon les déclarations de son père, le gendarme major à la retraite Djonga, c’est dimanche soir que le défunt a dit qu’il allait réviser ses leçons sans indiquer sa destination. « Ils ont l’habitude d’aller étudier avec leurs camarades. Je ne demande pas là où ils vont surtout qu’ils sont déjà majeurs », souligne le père du défunt. Toute la nuit, Yanda n’est pas revenu à la maison.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Lundi matin, son absence commence à inquiéter la famille. Une voisine en se rendant au puits pour chercher de l’eau fait une découverte macabre. Des traces de bagarre et un pied de chaussure sont visibles aux abords du puits. Le seau qu’elle utilise pour puiser de l’eau butte sur une matière dure. En y jetant un coup d’œil, elle aperçoit au fond du puits, une masse sombre. Elle alerte les riverains. Le constat est dressé : c’est un corps inerte qui se trouve dans ce puits. Les sapeurs pompiers arrivent et extraient le corps.

A la stupéfaction de tous, c’est Yanda. Mme Nayang, sa mère n’en croit pas ses yeux. Elle s’évanouit et est transportée d’urgence à l’hôpital pour être réanimée. Le corps de Yanda est déposé à la morgue de l’hôpital régional de Maroua. Sur les circonstances de sa mort, la famille, ses camarades et ses amis se perdent en conjectures, le défunt étant présenté comme un jeune garçon sans histoires. La division régionale de la police judiciaire de l’Extrême-Nord mène l’enquête.

Grégoire DJARMAILA

Populaires cette semaine

To Top