Gossips

Maroua: Un fabricant de faux diplômes arrêté

Bandjoun-prison-enfant -police-arrete-brigangs-voleur-Express-union-N’Djamena

Adamou Bouba était spécialisé dans l’imitation des signatures des maires, des sous-préfets et des magistrats. Grâce à la vigilance des éléments du commissariat central de Maroua, qui avaient vraisemblablement reçu au préalable des informations, qu’Amadou Bouba a été interpellé au centre commercial de la ville le mardi, 22 septembre 2015. Au moment de son arrestation, le suspect, paradoxalement instituteur à l’école publique d’application de Founangué Maroua, détenait un sac contenant des documents falsifiés. Il s’agit entre autres de faux actes de naissance, de faux certificats de nationalité et de fausses attestations de réussite.

«Avec le flair policier, ils ont demandé à fouiller son sac dans lequel ils ont retrouvé un certain nombre d’actes de naissance et d’autres documents administratifs. Ils l’ont interpellé et conduit à mon niveau. C’est ainsi que j’ai ordonné l’ouverture d’une enquête, immédiatement suivie d’une descente au domicile du suspect », relate Martin Hayam, commissaire de police principal, patron du commissariat central de Maroua. Sous la conduite de l’inspecteur de police principal Ndongo Ndongo, l’équipe des policiers a fait une perquisition au domicile d’Amadou Bouba au quartier Djarengol-Kodek, arrondissement de Maroua 3e.

Cette descente musclée a permis de découvrir dans la chambre de l’enseignant, de faux outils dont des cachets ronds, des dateurs et des tampons encreurs. Parmi les faux documents retrouvés en sa possession, il y avait un certificat de nationalité délivré au nom de Souaïbou Haman, né le 10 juillet 1992 à Maroua et une attestation de diplôme, notamment un brevet d’études du premier cycle (Bepc) tchadien délivré au nom de Damdam Jacqueline, née le 02 mars 1991 à Balaza Alkali. «Amadou Bouba est un champion dans la fabrication des faux documents administratifs. Il imitait les signatures des maires de Maroua, des sous-préfets et même celle du président du tribunal de première instance de Maroua. Il établissait les actes de naissance moyennant une somme de 5000 Fcfa», explique Martin Hayam. En attendant sa comparution devant le juge, Amadou Bouba médite actuellement son sort dans la cellule du commissariat central de Maroua.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

VIGILANCE ACCRUE

Un autre suspect a été également interpellé ce 22 septembre 2015 par les éléments du commissariat central. Le nommé Mamoudou Sadou, qui a quitté son quartier Doursoungou pour s’installer à Palar sans raison valable, est soupçonné d’être un indic de Boko Haram. «C’est un citoyen de bonne foi qui m’a appelé au téléphone pour me dire qu’un individu suspect se trouve dans son quartier. Il ne sait pas d’où il vient et ce qu’il fait. Promptement, nous nous sommes rendus sur les lieux. Nous l’avons trouvé seul dans sa chambre en possession de nombreux livres coraniques que nous avons saisis.

En dehors de ces livres, il y a avait également dans sa chambre une natte et deux boubous. Il nous déclare qu’il a des problèmes avec son père qui habiterait Doursoungo. Nous avons également retrouvé sur lui deux téléphones, mais tous codés», explique le commissaire principal. Pour des besoins d’enquête, le suspect est en garde à vue au commissariat central de Maroua. Les enquêteurs cherchent encore à savoir à quelle fin Mamoudou Sadou utilisait-il sa pile de livres coraniques.

Sur le même thème : Le Retour des diplômés de la diaspora Camerounaise

Populaires cette semaine

To Top