Actu'Décalée

Maroua: boutiques fermées en hommage aux victimes

Motos-Maroua

Maroua. Au lendemain des attentats suicides qui ont fait 14 morts selon le gouverneur, 19 selon la police et des sources sanitaires, la peur règne.Les rues de la ville de Maroua, chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord sont restées désertes toute la matinée d’hier, jeudi 23 juillet, au lendemain des attentats suicides au marché central et au quartier Barmaré.

Motif : ce jeudi était jour de propreté et les boutiques et autres administrations ne s’ouvrent qu’à 10 heures du matin. Ce n’est qu’à partir de 11 heures que les activités ont repris peu à peu dans certains coins de la ville.

Le vrombissement des motos-taxis et autres sirènes est la preuve du réveil du chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord. « C’est douloureux pour nous, mais on ne restera pas cloitrés chez nous parce que nous avons encore peur d’un autre attentat. La vie doit continuer et nous portons le deuil », affirme, le visage pleinde tristesse, Alhadji Bachirou, un commerçant du marché central de Maroua. Comme nombre d’autres commerçants, il a choisi de ne pas ouvrir sa boutique ce jour en guise de solidarité aux victimes des deux attentats suicides et de son voisin ainsi que son fils tué lors des explosions Même la visite éclair du ministre de la Défense, accompagné du chef d’Etat-major des armées et des officiels de la région de l’Extrême-Nord, et qui a demandé la reprise des activités au marché, n’a pas convaincu les commerçants.

Tout juste une dizaine d’entre eux, installés à l’entrée principale et au marché artisanat, ont rouvert leurs boutiques.Le marché d’habitude grouillant est calme. Des gendarmes,policiers et militaires de l’opération Emergence 4 patrouillent et fouillent à l’aide des détecteurs de métaux toute personne qui entre dans le marché.

Le maire de Maroua 2ème, Abdoulaye Yérima Bakary a recommandé la vigilance aux commerçants et à la population de sa commune d’arrondissement. « Nous sommes sous le choc. Certes, c’est un deuil qui touche l’ensemble de notre pays, c’est ma commune et les populations de notre unité qui en sommes les premières victimes», a-t-il déclaré.

Bilan controverse

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En matinée, les sapeurs pompiers ont découvert au quartier Barmaré, non loin de l’agence Ecobank, lieu du 1er attentat suicide, le corps d’un homme âgé de 19 ans, tué lors de l’attentat pendant qu’il aidait son père.

Le bilan encore provisoire dressé par la police et le personnel de l’hôpital régional de Maroua est de 19 morts. Trois personnes ont été amputées et les blessés sont sous soins intensifs. Un bilan que ne confirme pas le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord. « Il y a un corps découvert ce matin. Pour l’instant le bilan est de 14 morts et 32 blessés », déclare Midjiyawa Bakari. Selon lui, les deux glacières contenant des poches de sang offertes par Edgard Alain Mebe Ngo, le ministre de la Défense, viennent à point nommé soulager les blessés.

Selon les premiers éléments de l’enquête en cour, la jeune femme qui s’est fait exploser simultanément avec la fillette de 13 ans vendait des dattes non loin de la cafeteria.

Quant à l’autre fillette, elle s’est fait passer pour une mendiante.

Le Mindef a remis la somme de 1.000.000F cfa au personnel soignant de l’hôpital régional de Maroua. D’après lui ce geste symbolique vise à galvaniserles infirmiers, les médecins et autres personnels sanitaires de l’hôpital qui se sont mobilisés pour soigner les victimes du double attentat.

Un autre attentat déjoué à Mora Plus de peur que de mal. Les forces de défense déployées à Mora, dans le Mayo Sava ont déjoué une tentative d’attentat au marché de cette ville situé à 60 km de la frontière avec le Nigeria.

Quatre colis bourrés d’explosifs ont été découverts au marché central de Mora. Sur ordre du gouverneur de la région, la ville a été quadrillée par la police et des militaires hier.

Une rafle générale a été organisée à Mora. D’après le préfet du Mayo-Sava, l’objectif est de rechercher et de faire expulser tous les étrangers en situation irrégulière. Il a refusé de se prononcer sur l’attentat déjoué hier jeudi, jour de marché à Mora, dans le Mayo Sava.

Populaires cette semaine

To Top