Features

Marche patriotique: Aucun soutien n’est de trop

marche-28-ministres

Samedi dernier à Yaoundé, après la grande marche patriotique visant à apporter un soutien psychologique aux forces armées qui combattent Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord, puis  à témoigner aux populations  victimes du conflit  le soutien de la Nation entière, l’événement a suscité plusieurs débats dans les médias.

Au cours de l’exercice, on a entendu certains panélistes soutenir l’initiative pendant que d’autres s’interrogeaient sur son opportunité et sa nécessité, ainsi que sur la neutralité des organisateurs qui seraient, d’après eux,  plus ou moins « instrumentalisés, à la solde de telle ou telle personnalité influente d’ici et d’ailleurs ».  C’est possible, mais peu importe. C’est  le droit le plus absolu du collectif « Unis pour le Cameroun » d’avoir appelé à  marcher, dans le respect de la réglementation en vigueur. Comme les personnes qui ont choisi de se mettre en marge de la manifestation et de la critiquer ont également  le droit d’avoir adopté  cette posture.                                                                                                                       Mais, soulignons avec force que s’il est vrai que  les soldats envoyés au front sont dans leur rôle et ne font que le travail pour lequel ils sont payés, s’il est par ailleurs vrai que l’Etat a mobilisé les moyens nécessaires pour financer le coût de la guerre, il n’est en revanche pas superflu, loin s’en faut, que des Camerounais, épaulés par leurs amis, dans un même élan de solidarité, aient pris l’initiative d’apporter aux forces de défense et aux populations victimes des attaques sauvages de Boko Haram un appui multiforme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Jusque-là, celui-ci se  traduit en  marches de soutien pour doper davantage le moral des troupes et réconforter les victimes collatérales de la guerre. On enregistre également des aides financières et des dons de produits alimentaires.  Bref, les donateurs, parmi lesquels des chefs traditionnels et des opérateurs économiques, issus de différentes régions du pays, laissent pour ainsi dire  libre cours à leur générosité.  En cette période difficile, les actes de cette nature sont plutôt à saluer. Ils montrent au moins que par-delà leurs différences, les Camerounais sont capables de se surpasser et de venir en aide à leurs compatriotes en difficulté.

En pareille circonstance, le geste et l’intention valent mieux que ce qui est donné.  Fort heureusement, cette solidarité agissante prend progressivement le pas sur l’indifférence de ceux qui ont choisi de regarder en simples spectateurs l’horreur dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Quand ils ne se privent pas en plus de vouloir décourager les âmes de bonne volonté. Qu’on appelle à une gestion rigoureuse des appuis apportés est tout à fait normal, compte tenu de certaines dérives ayant émaillé une opération  coup de cœur dans le passé. Mais, qu’on invite à la retenue ceux qui donnent nous semble déplacé, sous le seul prétexte que nos vaillants soldats ne font que leur travail ou que l’Etat est là pour tout ça.

Les partisans de cette thèse, sans doute, ont vite oublié que pour défendre l’intégrité territoriale du Cameroun, des soldats vont jusqu’au sacrifice suprême sur le champ de bataille, laissant femmes et enfants. D’autres n’auront même jamais l’occasion de fonder une famille, parce qu’ils ont accepté de verser leur sang pour que le Cameroun vive en paix et tienne toujours debout. A tous ceux-là, la Nation est infiniment reconnaissante. Elle ne ménagera aucun effort pour les accompagner dans ce noble combat. Dans ces conditions, aucun soutien n’est de trop. La victoire contre Boko Haram et ses projets funestes est à ce prix.

Rousseau-Joël FOUTE

Populaires cette semaine

To Top