Features

Manifestation contre Boko Haram à Douala

douala-camer24-voleurs-Boko-Haram

Une marche citoyenne s’est déroulée dimanche dans la ville portuaire camerounaise de Douala pour dénoncer les exactions commises par Boko Haram.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche dans la ville portuaire camerounaise de Douala pour dénoncer les agissements des islamistes nigérians de Boko Haram qui multiplient les raids meurtriers dans le nord du Cameroun, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les manifestants, qui entendaient également apporter leur soutien aux forces de sécurité engagées contre les islamistes, ont défilé dans le calme dans les rues de la ville, parfois sous les applaudissements des badauds.

Certains arboraient des pancartes telles que «Je suis le BIR» (Bataillon d’intervention rapide, unité d’élite de l’armée engagée dans les combats), ou «Je suis Kolofata», localité de la région de l’Extrême-Nord attaquée à plusieurs reprises par Boko Haram.

Une marche citoyenne

«Une marche citoyenne, cela concerne tout le monde pas seulement la population camerounaise, cela concerne le monde entier avec le problème du terrorisme qui est un problème social, politique et économique», a expliqué à l’AFP l’un des manifestants, Moïse Taken Enan: «donc nous avons décidé de marcher pour soutenir notre pays et le monde entier contre le terrorisme».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le 21 janvier, une première manifestation similiaire, qui avait rassemblé quelques dizaines de personnes, avait eu lieu à Yaoundé.

Attaques multiples

Depuis des mois, Boko Haram multiplie des attaques contre des cibles civiles et militaires dans l’extrême-nord du Cameroun. Une quarantaine de militaires camerounais ont déjà perdu la vie dans cette région. L’armée affirme elle avoir tué plusieurs centaines d’islamistes depuis que le conflit a débuté. Aucun bilan de source indépendante n’est toutefois disponible.

Le Tchad a envoyé à la mi-janvier un important contingent au Cameroun pour soutenir l’armée camerounaise. L’aviation tchadienne a bombarbé samedi des postions des islamistes à la frontière camerouno-nigériane. Vendredi, l’Union africaine avait appelé à la formation d’une force régionale de 7’500 hommes pour contrer l’expansion des islamistes.

Au Nigeria, l’insurrection de Boko Haram et sa répression par l’armée nigériane ont fait plus de 13’000 morts et 1,5 million de déplacés depuis son début en 2009.

str-mc/sba

Populaires cette semaine

To Top