Features

Lutte contre Boko Haram : le réconfort du chef de l’Etat aux blessés

Beti-Assomo-Boko-Haram

Le MINDEF, Joseph Beti Assomo était à l’Hôpital militaire de Yaoundé dimanche pour transmettre le message de Paul Biya. Joseph Beti Assomo au chevet des blessés de la guerre contre Boko Haram. Loin d’une figure de style, les clichés réels étaient saisissants. Réconfortants. Des poignées de main à chacun des militaires internés. Quelques minutes d’échanges pour s’enquérir de l’état de santé. La chaleur de la proximité entre le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (MINDEF) et les blessés, dimanche à l’Hôpital militaire de Yaoundé, a traduit la vive compassion du chef de l’Etat. Sur hautes instructions du chef des Armées, Paul Biya, le MINDEF a donc rendu une visite spéciale à ces vaillants soldats blessés de guerre dans le cadre des opérations en cours dans la région de l’Extrême-Nord.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ce sont 118 blessés, dont trois civils, évacués des théâtres d’opération, qui sont pris en charge. Ils sont issus des opérations Alpha, Emergence 4 et de la Force multinationale mixte. D’autres victimes prises en charge proviennent du théâtre centrafricain et appartiennent à la MISCA et à la MINUSCA. A ces blessés, dont certains avaient reçu des balles à la main, à l’avant-bras ou à la jambe, et dont la prise en charge est satisfaisante, le MINDEF a su transmettre avec précision et fidélité le message du chef de l’Etat. « Votre engagement, vos efforts et sacrifices pour la défense de la Nation sont hautement salués par le chef des Armées. Il me charge de vous transmettre tous ses encouragements, et à travers vous, à tous les blessés de guerre sur l’ensemble du territoire national », a précisé Joseph Beti Assomo. Ce réconfort s’est traduit par un repas de corps avec tous les blessés et un appui du chef de l’Etat remis aux uns et aux autres. Le MINDEF a, par ailleurs, félicité le personnel civil et militaire de l’hôpital pour le dévouement et le professionnalisme dans la prise en charge. « Tout est mis en œuvre et continuera à l’être, par le chef de l’Etat pour que votre prise en charge soit la meilleure possible. La modernisation et le renforcement du plateau technique seront poursuivis », a-t-il rassuré.

A ce jour, l’Hôpital militaire de la région N°1 a reçu, depuis le début de la guerre, 729 victimes dont 129 des Forces armées tchadiennes en intervention au Cameroun. Et pour le médecin-chef de l’hôpital, le colonel-médecin Jacba, « la situation va chaque jour en s’améliorant. Dans l’ensemble, le moral de ces patients est bon et ceux-ci se sentent réconfortés par cette visite ».

Sources : A la une aujourd'hui

Populaires cette semaine

To Top