Features

Lutte contre Boko Haram – L’UA veut-elle enfin s’assumer ?

Mieux vaut tard que jamais. C`est le moins que l`on puisse dire, au regard du ton utilisé par la présidente de la Commission de l`Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, lors du conseil des ministres de l`institution panafricaine tenu le 26 janvier 2015 à Addis Abéba, en prélude au sommet des chefs d`Etat et de gouvernement prévu pour les 30 et 31 janvier prochains.

En effet, Dlamini-Zuma a souhaité la mise en place d`une force d`intervention multinationale et la création d`un fonds spécial pour lutter contre Boko Haram. Comment ne pas se réjouir d`une telle sortie, quand on sait que c`est la première fois que l`institution continentale donne de la voix sur les exactions des islamistes de Boko Haram ? Longtemps accusée d`inertie, l`UA semble décidée à déclarer la guerre à Boko Haram. Ce qui est d`autant plus heureux, car le Nigeria lui-même se réveille de plus en plus. La preuve, deux jours seulement après la libération des 192 otages dans l`Etat du Yobé, au nord-est du Nigeria, Boko Haram a encore frappé dans l`Etat de Borno, en attaquant simultanément la ville de Maiduguri et le village de Monguno. Mais, pour cette fois, l`armée nigériane s`est refusée toute inertie. Elle a sorti l`artillerie lourde, en combinant attaque terrestre et aérienne pour chasser les islamistes de Maiduguri.

Boko Haram, n`ayant pas le choix, a dû se replier sur la base militaire de Monguno. Repousser les islamistes hors de la capitale de l`Etat du Borno est certainement un pas de gagné. Mais, la question que l`on est tenté de se poser est celle de savoir pourquoi les autorités nigérianes en général, et l`armée en particulier, ont-elles attendu tout ce temps avant de mener pareilles offensives contre la secte islamiste ? Les motifs de ce réveil sont à rechercher certainement dans la récente évolution de la situation sociopolitique au Nigeria, notamment la campagne pour la présidentielle à venir, l`intervention des forces tchadiennes sur le front camerounais, qui, quoi qu`on dise, gêne aux entournures le président nigérian, et l`intérêt de plus en plus manifeste des Etats-Unis pour le problème nigérian.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L`intervention du Tchad aux côtés du Cameroun contraint le Nigeria à sortir de sa torpeur

En effet, la présidentielle nigériane se tiendra le 14 février prochain et Goodluck Jonathan, candidat à sa propre succession, joue son va-tout pour rester au pouvoir. Pour cela, il ne saurait ignorer l`électorat du Nord du pays où, pour l`instant, la plus grande aspiration des populations est de vivre en paix. Et cela, le président nigérian semble l`avoir compris, à l`issue de la dernière visite qu`il a effectuée dans la zone. Alors, on peut se poser la question de savoir si Goodluck Jonathan, à travers cette offensive, cherche enfin à s`assumer ou si c`est un geste purement électoraliste.

La deuxième hypothèse semble plus plausible, quand on sait que pendant longtemps, l`armée nigériane n`a fait que s`illustrer par sa couardise, son inaction, laissant les populations du septentrion nigérian souffrir le martyre. A la faveur de la présidentielle, Goodluck semble avoir opté pour la stratégie : « Votez-moi et je vous débarrasserai de Boko Haram ». Tout porte donc à croire que l`offensive menée par l`armée nigériane à Maiduguri pour soustraire les populations des griffes de la secte islamiste, n`est ni plus ni moins qu`une opération de séduction, dans la perspective de la présidentielle à venir.

L`intervention du Tchad aux côtés du Cameroun pour barrer la route à Boko Haram, contraint le Nigeria à sortir de sa torpeur. Acculé sur le front camerounais avec le renfort apporté par les forces tchadiennes, Boko Haram va très probablement multiplier ses exactions en territoire nigérian. Mais, gare !

Par ailleurs, les attaques de Boko Haram, le dimanche dernier, sont intervenues pendant que le Secrétaire d`Etat américain, John Kerry, effectuait une visite dans la capitale nigériane, à Abuja. Sans doute le président nigérian a-t-il pris toute la mesure du péril qui guette son pays à travers la secte islamiste. Tant et si bien qu`il semble avoir décidé d`employer les grands moyens pour repousser Boko Haram.

Gageons que l`engagement de l`armée nigériane se poursuivra dans cette lutte contre Boko Haram. Si cet engagement est maintenu sur tous les deux fronts (Cameroun-Nigeria), l`on pourra dire, enfin, que les jours de la secte islamiste sont comptés.

Adama Sigue

Populaires cette semaine

To Top