Actu'Décalée

Lucien Mettomo serait-il devenu un professionnel dans l’’arnaque ?

Lucien_Mettomo

Il ne se passe presque plus une semaine, un mois, au Cameroun  sans qu’il ne vous parvienne jusqu’au creux de l’oreille, ces informations sur les frasques de Lucien Mettomo, ancien défenseur des lions indomptables, et ancien sociétaire de Kaiserslautern, Saint Etienne et Manchester City.

De nos sources, les cellules de la Direction de la Police Judicaire de Yaoundé ont un nouveau pensionnaire. Monsieur Ondoua Mbarga Alain, propriétaire d’une petite structure de location de véhicules à Yaoundé, y croupit depuis lundi dernier. L’infortuné aurait eu le culot de demander à l’ancien lion indomptable son dû, équivalent du coût de prestation de location de véhicule avec chauffeur (course) sur trois jours, requise par l’ancien stoppeur des lions indomptables. De l’avis de plusieurs sources concordantes, contactées au moment où nous recoupions et vérifions cette information, Lucien Mettomo qui  aurait flambé ses économies depuis l’arrêt de sa carrière professionnelle de football avec le Southampton en Angleterre, serait passé expert en abus  des taximen (conducteur de taxi) depuis qu’il est rentré au Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

 En mai 2012, il  avait  requis pour ses déplacements pendant la période du jubilé de Magic Patrick Mboma, les services (voiture, chauffeur) de Monsieur Ondoua Mbarga Alain pendant trois jours. Fidèle à ses habitudes, il avait disparu après le jubilé, ne donnant plus de ses nouvelles au gérant de la structure de location de véhicule qui tentera en vain de l’avoir. Lundi, alors que Lucien Mettomo se trouve à l’agence  Touristique Voyage de Yaoundé, il se fait rattraper par son créancier qui lui réclame son argent. Il s’en suit une petite dispute. Lucien Mettomo, ira chercher le renfort de la police et y alléguera avoir  perdu un bijou (chaîne du cou),  d’une valeur de 4 millions de FCFA. 

Un lion indomptable, deux fois champion de la CAN (coupe d’Afrique des nations de football), pour certains agents de la police camerounaise, c’est plus qu’une parole d’évangile, tout ce qui sort de leur bouche. On ne discute pas. Et hop, le pauvre parent et chef de famille est jeté  dans une cellule infecte de la PJ.

Ainsi va le Cameroun et ses appareils en charge de la régulation de l’ordre  chez nous.

© source : La rédaction de Diaf TV

Populaires cette semaine

To Top