Features

Loi régissant l`audiovisuel : Paul Biya donne raison à Issa Tchiroma

Le président de la République donné son OK au texte que le ministre de la Communication a fait adopter au Parlement lors de la session de mars 2015. Les proches du premier ministre peuvent se sentir frustrés. Le président Paul Biya a officiellement pris le parti d`Issa Tchiroma Bakary ce 20 avril 2015 en apposant sa signature au bas du projet de loi régissant l`activité audiovisuelle au Cameroun.

Les dispositions de la nouvelle loi sont la copie conforme de la version revue et modifiée que les députés et les sénateurs ont adopté sous les bourrasques de la polémique. Il faut en effet se rappeler que le ministre de la Communication a subrepticement introduit, en commission, un alinéa dans le projet qu`il avait déjà déposé à l`Assemblée nationale. Une disposition qui ramenait la CRTV au centre de la gestion de la migration vers le numérique. L`article 25 de la loi préalablement catégorique sur l`incompatibilité entre les activités d`éditeurs et d’aggrégateurs d`une part et d`autre part des activités d`opérateurs de réseaux de diffusion, a été bardé d`un second paragraphe qui ajoutait une exception taillée sur mesure pour les opérateurs publics.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et si ça ne marchait pas ?!

La profondeur des désaccords a pu montrer la fragilité du consensus au sein du gouvernement. Un consensus d`autant plus fragile que la rivalité entre le ministre de la Communication et le président du comité de la migration a en coulisses viré à l`animosité. Lors d`une conférence de presse organisée par Tchiroma Bakary pour se défendre, il est apparu que les instructions de revoir l`esprit du texte sont venus de la hiérarchie. Une hiérarchie qui n`est pas le premier ministère, mais bien la présidence de la République.

La loi régissant les activités audiovisuelles au Cameroun est désormais en vigueur avec la bénédiction du chef de l`Etat. Et selon toute évidence Paul Biya est bien celui qui a encouragé le ministre de la Communication à oublier la stratégie nationale de migration vers le numérique et le consensus qui avait été trouvé avec les opérateurs publics, les agences gouvernementales et les associations de téléspectateurs. Il subsiste maintenant une crainte auprès des spécialistes qui ont tablé pendant près de 05 ans pour que la prochaine migration vers le numérique soit un succès: que les opérateurs boudent la CRTV comme opérateur de multiplexage et qu`ils continuent à opérer via satellite et le câble – qui ne disparaîtront pas – pour fournir leurs images aux ménages. Une perspective qui sonnerait comme un gâchis.

William Bayiha

Populaires cette semaine

To Top