Features

Lions Indomptables : Les nouveaux hommes forts du staff technique

Lions indomptables-bresil 2014

Volker Finke reconduit au poste d’entraîneur-sélectionneur des Lions Indomptables. Parmi ses adjoints, le Ghanéen Tanko Ibrahim conserve son rang alors que Martin Ndtoungou Mpile est mis à la porte. Ce dernier est remplacé par deux autres nationaux. Il s’agit d’Alexandre Belinga et Bonaventure Djonkep. Au poste de sélectionneur adjoint en charge des gardiens de buts, Alioum Boukar remplace Jacques Songo’o. Des mutations également dans la communication et l’administration des Lions Indomptables. Vincent de Paul Atangana, chef de service des magazines de sport à la Crtv Télé, devient Team Press officer des Lions Indomptables. Il remplace son collègue Raphaël Nkoa de la chaine proximité Crtv Yaoundé Fm 94. Le nouveau directeur administratif de l’équipe nationale est Pierre Clavaire Oyono Afane. Ce diplômé de l’Iric remplace Oumaraini. Gros plan sur les nouveaux visages du staff technique

1.- Ibrahim Tanko: Le Black devenu star au Cameroun

Né le 25 juillet 1977 à Kumasi au Ghana, Ibrahim Tanko est le 3ème plus jeune footballeur de l´histoire de la bundesliga. En effet, au cours de la saison 1994/1995, Hitzfeld alors entraineur de Borussia Dortmund lui donne l´occasion de livrer son premier match professionnel alors qu´il n´a que 17 ans, 61 jours. Tous les spécialistes lui promettent une belle carrière tant le jeune Ghanéen est pétri de talent, même s´il n´est pas adroit devant les buts adverses. Si Ibrahim Tanko a fait les beaux jours de Bvb Dortmund et de SC Freiburg, ce dernier est plus connu dans les milieux sportifs allemands pour l´affaire de marihuana qui avait contraint les dirigeants du Borussia Dortmund à rompre son contrat avec effet immédiat, avant d´être recruté par le SC Freiburg entraîné à l´époque par Volker Finke. Depuis lors, Ibrahim Tanko et Volker Finke sont restés inséparables. Le 01 juillet 2007, il met un terme à sa carrière de footballeur professionnel suite à de nombreux soucis de santé et embrasse la même année celle d´entraîneur de l´équipe réserve du SC Freiburg, sous l´œil vigilant de son mentor, Volker Finke. Lorsque ce dernier est nommé entraîneur du club japonais Urawa Red Diamonds en 2009, Ibrahim Tanko fait partie de son staff technique, de même que lorsque Volke Finke est désigné directeur sportif de Fc Cologne, Tanko est nommé entraineur-adjoint.

2.- Bonaventure Djonkep: Cahier d’un retour à la case départ

Il y a un an, par décision du ministre des Sports Adoum Garoua, l’ancien international camerounais des années 90 (qui compte dans son palmarès l’encadrement de l’essentiel des clubs de D1 du pays de Roger Milla), Bonaventure Djonkep, a été porté à la tête de la sélection A’ des Lions indomptables du Cameroun. Le public footeux s’est dit que cette marque de confiance, quoique arrivé un peu tard, n’était en fait que le juste retour de l’ascenseur au regard de tout ce que ce digne fils du Haut-Nkam a apporté au football camerounais. Ancien international camerounais, vainqueur de la Can 1984 avec les fauves, Djonkep vient une fois encore de se voir confier la sélection nationale fanion qu’il accompagnera avec Belinga aux côtés de Volker Finke. Une autre lourde mission pour cet encadreur accompli qui a engrangé bien des lauriers : trois titres de champion du Cameroun avec Unisport du Haut-Nkam en 1996, Fovu de Baham en 2000, et l’Union de Douala en 2012 ; deux coupes du Cameroun avec Fovu Club de Baham en 2001 et l’Union sportive de Douala en 2006. Au vu de cet état de service, nul doute que son charisme, sa longue et riche expérience doublée de sa stature de vieux Lion, pourraient fortement contribuer à la refondation de cette équipe, en mal de repères et de modèles.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

3.- Alexandre Belinga: Petit poucet deviendra grand

C’est un technicien rigoureux, au caractère bien trempé. Il connaît parfaitement le football d’élite et ses mésaventures pour avoir roulé sa bosse dans une vingtaine de clubs de D1 et D2, surfant parfois entre victoires et insuccès. Formé dans des grands centres en Afrique et en Occident, Alexandre Belinga a su imposer son empreinte au point de devenir ces trois dernières années, l’un des techniciens les plus consultés pour apporter son expertise dans l’encadrement des équipes nationales en quête d’un véritable meneur d’hommes, mais surtout d’un manager au pédigree incontestable. L’ancien coach des Astres de Douala n’est pas du genre à garder sa langue dans la poche. On se rappelle qu’il y’a quelques jours, le coach adjoint de la sélection Juniors a eu maille à partir avec Volker Finke qui les avait traités (Djonkep et lui) d’« analphabète informatique » en refusant d’exploiter leur rapport sur les adversaires des Lions à la Coupe du monde. Belinga qui n’avait pas digéré cette insulte avait nargué le sorcier blanc, en refusant de lui serrer la main lors d’un stage des Lions juniors au centre technique de la Fécafoot. N’eût-été la présence du team manager Rigobert Song, présent sur les lieux, on aurait pu assister à l’affrontement physique entre les deux entraineurs. Le profil bas de Finke avait réussi à calmer le bouillant Belinga. Condamné à travailler ensemble, le coach allemand sait qu’il n’a plus affaire à un faire-valoir comme Martin Ndtoungou Mpilé qui préférait se claquemurer dans le silence même lorsqu’il n’était pas d’accord sur les choix tactiques de l’ancien coach de Fribourg.

Alioum Boukar: La résurrection d’un «banni du passé»

Quand on parle d’Alioum Boukar, on se souvient beaucoup plus de ses dégagements aux poings sensationnels, de ses parades à couper le souffle, mais aussi à l’épopée glorieuse des Lions dans les années 2000. Le gardien de buts des Lions indomptables de l’époque avait été un sérieux artisan dans le sacre des rois de la forêt à la Can 2000 et 2002. Mais la suite du roman d’Alioum s’était transformée en un dossier d’Etat. D’abord avec cette polémique qui a éclaté sur sa vraie fausse convocation à la Coupe des confédérations de football. C’est sans leur gardien de buts titulaire que les poulains de Winfried Schafer s’étaient envolés pour la France. Interrogé sur la non-sélection du dernier rempart des Lions, Schäfer était resté évasif, demandant aux Camerounais de « mettre ce problème de côté pour faire bloc derrière les Lions indomptables afin qu’ils aient une belle prestation à la Coupe des confédérations ». La vérité c’est que les responsables de l’équipe nationale avaient usé de ruse pour pousser vers la sortie le portier évoluant en Turquie. Ulcéré par ces tripatouillages, l’homme avait décidé de prendre sa retraite internationale avant de mettre fin à sa carrière de footballeur quelques années plus tard. Il s’était alors consacré à l’importation des véhicules de luxe au quartier Elig-Essono à Yaoundé. C’est de là que le Minsep l’a « débauché » pour venir entraîner les gardiens de buts des Lions. Une mission que son prédécesseur Jacques Songo’o avait détourné pour ériger à ce poste, un comptoir. Reconnu pour son tempérament calme, Alioum saura-t-il faire l’affaire ?

Vincent de Paul Atangana: Nettoyer la com’ en panne de Raphaël Nkoa

Vincent de Paul Atangana n’a pas encore la tête à son nouveau poste. La preuve, le chef de service des magazines de sport à la Crtv Télé, qui remplace son collègue Raphaël Nkoa de la chaine de proximité Crtv Yaoundé Fm 94, continue tranquillement son reportage ce samedi 23 août à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé où se tiennent les travaux de l’Assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot. L’homme tout sourire, reçoit machinalement les «félicitations chef» des confrères de la presse sportive qui vont désormais lui coller l’appellation «Tpo» soit Team Press Officer. Le colosse journaliste tv doit désormais servir de relais entre les Lions et la presse. Fonction que remplissait avec un certain dédain son prédécesseur, réputé pour ses nombreuses frasques dans l’organisation et la gestion générale de ce pan de l’équipe nationale. On se souvient qu’il a été à l’origine de l’éviction sans élégance de Jean Paul Akono, aidé en cela par Adoum Garoua qu’il dit être son seul patron. Vincent de Paul, dans ses nouveaux attributs de nouveau patron de la communication, doit pouvoir corriger la copie «souillée» de Nkoa et s’assurer du contrôle de son rayon de compétence.

C. T. | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top