Features

Lions indomptables: A 90 minutes du Mondial… Samuel Eto’o règle ses comptes

Samuel-Eto'o-1

Le capitaine des Lions Indomptables, dans une interview fleuve accordée jeudi 17 octobre 2013, à une radio locale émettant depuis Douala, s’est fendu en dénonciations, jurant au passage de ne plus jamais être le bouc émissaire de certains de ses détracteurs campés au sein de l’équipe nationale et conspirant contre sa personne.

Eto’o brise le silence et dénonce ! Il fallait peut-être qu’il vide son sac et soit en harmonie avec sa conscience avant d’ouvrir son compteur de but à Chelsea. Cardiff City a fait les frais du réveil de Samuel Eto’o et les Blues qui se sont largement imposés (4-1) devant les Gallois samedi 09 octobre 2013 à Stamford Bridge pour le compte de la 8e journée du championnat d’Angleterre. Le but du capitaine des Lions indomptables a été inscrit à la 67e minute, suite à une feinte de frappe, suivi d’un crochet extérieur puis d’un boulet qui n’a laissé aucune chance au portier. Le dossard « 29 », après six matchs infructueux, a ainsi cloué le bec à ses nombreux détracteurs qui tiraient à boulets rouges sur son impuissance devant les buts depuis son arrivée au club il y a bientôt trois mois. Mais avant ce coup de génie, l’ancien Interiste à travers une interview accordée à nos confrères de Radio sport infos (Rsi) en fin de semaine dernière, réglait déjà ses comptes.

Des guerres de leadership, au marchandage des places en sélection nationale en passant par les choix du coach qu’on dit imposé, ses rapports (peu orthodoxes) avec certains de ses coéquipiers et la mission qui lui a été confiée par la présidence de la République, Samuel Eto’o est sorti de son long mutisme pour dégainer. Au sujet des accusations liées à l’imposition de Kameni dans le onze type, le goléador en rit. « Ce sont les mêmes qui disent que Eto’o ne veut pas de Kameni en sélection (…) Il faut arrêter de distraire les Camerounais avec le mensonge ». A première vue, le footballeur qui se présente un peu comme l’apôtre de la vérité est visiblement las, des querelles internes. On le sent épuisé par des interminables crises qui secouent la tanière, exténué de vivre avec des hypocrites qui lui montrent un visage en sa présence mais conspirent contre lui. Entre cri de cœur et coup de gueule, le meilleur buteur de l’histoire des Lions, n’y est pas allé de main morte.

Laissez Webo tranquille !

Eto’o, tentant de tirer les leçons du match Tunisie-Cameroun, refuse de laisser croire que la performance d’Achille Webo a été calamiteuse. « Il faut que les gens arrêtent ! On tire sur Webo parce que c’est l’ami de Samuel Eto’o. Si c’est Eto’o qui avait raté ce but, on aurait dit qu’il est vieux et qu’il doit partir. (…) Quel est l’attaquant camerounais qui a le plus marqué pour le moment ? N’est-ce pas Achille Webo ? Webo ne joue pas dans n’importe quelle équipe ! Il joue quand même à Fenerbahçe ! Il est l’attaquant camerounais le plus prolifique de ces derniers mois, ce qui veut dire qu’il mériterait sa place, même avant Samuel Eto’o à l’équipe nationale », précise-t-il avant de déplorer qu’il y a des joueurs comme Vincent Aboubakar qui est en pleine forme en club mais qui n’est pas sélectionné à l’équipe nationale.

Eto’o indispensable ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Toutefois, la nouvelle recrue des Blues semble confirmer son Eto’o dépendance pointée du doigt comme l’origine des querelles au sein de la tanière. Non sans expliquer que ce sont les joueurs-clés qui décident souvent de l’issue d’un match. « Jusqu’à preuve du contraire, Eto’o est un joueur-clé. Qu’on le veuille ou pas, c’est comme ça, et dans toutes les équipes. Il faut que les gens acceptent et qu’ils arrêtent de bavarder partout. Que ces personnes se concentrent pour jouer au football, si elles peuvent encore jouer au football. A 32 ans je suis encore l’espoir d’une nation. Depuis l’âge de 17 ans je l’ai été, et à 32 ans je le suis toujours ! Et pourtant les gens sont là ils ouvrent leurs bouches pour parler. Ce qu’ils doivent faire, pour une fois, c’est de se taire. Et ceux qui sont en charge de prendre les décisions, qu’ils se mettent en face et prennent les bonnes décisions », argue le Pichichi.

Le coup de gueule de Lavagne

Le footballeur n’a pas épargné Denis Lavagne. L’ancien sélectionneur des Lions qui a vertement critiqué l’attitude du « 9 » au lendemain du match Tunisie-Cameroun, en a eu lui aussi pour son compte. « J’ai suivi un comédien dire qu’il ne serait pas surpris de me voir travailler dans l’ombre pour chasser le monsieur qui est entraîneur des Lions indomptables aujourd’hui. Mais dites-moi, les Français auraient-ils accepté que ce monsieur qui était sélectionneur il y a quelques mois au Cameroun soit sélectionneur à l’équipe de France ?», s’interroge Eto’o

Le fantôme du Mondial 2010

Pour Eto’o, le véritable problème des Lions, c’est que les gens doivent mériter de jouer dans cette équipe. Et pour çà, « il faut des personnes sérieuses à la tête de cette équipe nationale. Qu’on arrête de bassiner les oreilles et de distraire les Camerounais en utilisant le nom de Eto’o. Il faut que les meilleurs jouent ! Allez d’abord chercher les meilleurs Camerounais du moment et on en reparlera ! S’il y a une contre-performance, qu’on arrête de dire que c’est Eto’o. Je ne supporterai plus le même mensonge qu’en 2010 », explique celui qui dit ne pas accepter l’incompétence, la corruption et le fait qu’on puisse négocier une place à l’équipe nationale.

Soldat patriote 

L’appellation « capitaine » cause un problème au goléador qui rappelle au passage, qu’il n’est pas un accroc du capitanat. « Je suis un grand frère et j’assume cette responsabilité parce qu’elle m’a été confiée. Je préfère qu’on dise le message de Samuel. J’aime mon pays et quoi qu’on fasse, quoi qu’on sorte comme image détournée, quoi qu’on dise comme mensonges, un jour, la vérité finira par sortir et on saura le rôle que tout le monde a joué dans cette équipe. Je joue simplement mon rôle et je dors tranquille. Je sais que je remplis à chaque fois mon devoir dans cette équipe et c’est ça le plus important ». Quid du match retour le 17 novembre prochain ? L’équipe peut se qualifier pour la Coupe du monde « si on travaille tous ensemble », croit savoir le goléador qui vient là de remuer le couteau dans une plaie béante à 90 minutes du rendez-vous brésilien. A suivre.

C.T. Le Messager

Populaires cette semaine

To Top