Features

L’ex-DG de Camair-Co, Nana Sandjo, a tenté de sortir du pays avec un passeport américain

Jean_Paul_Nana_Sandjo-CAMAIR-CO

Par ailleurs, la réservation faite sur le vol Royal Air Maroc par l’ex-DG de Camair-Co a d’abord été au nom de son épouse, avant que ne soit révélée, à la dernière minute, l’identité du vrai voyageur.
Comme annoncé dans un précédent article, Jean Paul Nana Sandjo, l’ex-DG de la Camair-Co, a été intercepté le 31 août dernier à l’aéroport de Douala, alors qu’il tentait de sortir du pays. Depuis cette arrestation, des révélations sur sa situation continuent d’alimenter les médias camerounais. C’est que, redoutant une procédure judiciaire à son encontre, dans le cadre de la traque des prévaricateurs de la fortune publique, ce dernier a tenté d’embarquer à bord d’un vol Royal Air Maroc, afin de se rendre à New York, aux États-Unis, avec un passeport américain.

Selon le magazine Investir au Cameroun qui révèle cette information, «le passeport camerounais de cet ancien DG de Camair-Co lui a été retiré par les autorités policières, et son signalement envoyé dans les aéroports du pays, pour inscription sur la liste noire des personnalités interdites de quitter le territoire camerounais jusqu’à nouvel avis».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sentant l’étau judiciaire se resserrer contre lui, il a tenté de jouer une dernière carte afin de fuir la justice camerounais comme plusieurs pontes du régime l’on fait par le passé. Jean Paul Nana Sandjo à imaginer un stratagème, qui consistait à sortir du Cameroun sous une nationalité étrangère. «La réservation faite sur le vol Royal Air Maroc par l’ex-DG de Camair-Co l’a d’abord été au nom de son épouse, avant que ne soit révélée, à la dernière minute, l’identité du vrai voyageur. Après son refoulement à l’aéroport et une audition à la police judiciaire, l’ex-DG de Camair-Co a pu rejoindre sa famille», indique Investir au Cameroun.

Pour le moment, aucune action judiciaire n’a été intentée contre Jean Paul Nana Sandjo. L’œil du Sahel dans son édition du 1er septembre indique qu’une mission de contrôle du Contrôle Supérieur de l’État est en cours à la compagnie nationale aérienne. Parmi les dossiers qui pourraient faire tomber Nana Sandjo, «les contrats de location des aéronefs, réacteurs et autres pièces de rechange, passés à des coûts exorbitants avec des prestataires étrangers, dont le représentant légal au Cameroun, était parfois l’ex-DG de Camair-Co lui-même, et dont l’activité de brooker (fournisseur de pièces de rechange des avions) est notoirement connue dans le pays», apprend-on.

Otric NGON

Populaires cette semaine

To Top