Features

Lettre ouverte: Marthe-Cécile Micca, écrivaine camerounaise, demande à Richard Bona de se taire !

Marthe-Cécile-Micca-Richard_Bona_Cameroun

Marthe-Cécile Micca écrivaine camerounaise adresse une lettre ouverte datant du 14 mars 2016 à l’artiste camerounais Richard Bona, au sujet de l’affaire Monique Koumatéké  qui continue de défrayer les chroniques dans le pays de Paul Biya. L’écrivaine au-delà d’indiquer que l’international bassiste ne contribue en rien dans l’amélioration des conditions de vie des camerounais, déclare que celui-ci ferait mieux de garder le silence dans l’affaire suscitée. Le bimensuel panafricain La Voix des Décideurs lui a accordé dans son édition en kiosque du 15 au 29 mars 2016 une tribune libre.

«S’il y’a incendie dans la maison on ne vient pas avec du feu pour l’éteindre. Les gens qui veulent incendier le Cameroun ont vraiment de bonne raison pour le faire. Un procès est en cours pour l’affaire de Monique Koumaté alors attendons de voir l’issue de ce problème qui nous préoccupe autant que nous sommes. Aussi j’ai été amenée à parcourir Google pour chercher à savoir si par hasard vous avez ouvert des orphelinats au Cameroun. Si vous avez des entreprises qui emploient et rémunèrent les Camerounais. J’ai essayé de savoir du haut de votre riche carrière si vous avez formé ou produit des artistes camerounais. Quelle sournoiserie !», déclare Marthe-Cécile Micca.

Aussi dans la lettre ouverte de l’écrivaine on note le rappel fait à Richard Bona au sujet de sa nationalité américaine qui du point de vue de cette dernière ne lui permet pas d’insulter le Président de la République Paul Biya. D’ailleurs le quotidien Mutations dans son édition du 18 mars dernier indiquait que l’artiste sur un post sur son compte facebook déclarait que les services secrets et de renseignement camerounais étaient à ses trousses. On pouvait lire dans ce post, l’artiste qualifié le Président de la République de «satan». Une déclaration qui visiblement déplaît à Marthe-Cécile Micca.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Richard Bona le célébrissime musicien américain d’origine camerounaise avec tout le respect que je vous j’ai essayé de comprendre qu’est-ce qui motive votre démarche quand vous vous octroyez la liberté de traiter le président de tous les Camerounais de satan. Dans un premier temps, je me suis dit que vous êtes certainement un fils de satan qui après s’être prosterné devant satan son père et pour obtenir gloire et célébrité, se décide de s’attaquer à son frère satan. Mr l’Américain commencez par insulter Barack Obama. Pouvez-vous nous dire le nombre noirs qui se font fusiller chaque jour aux USA à bout portant ?», s’indigne l’écrivaine.

Au sujet de l’insécurité causée par Boko Haram dans le septentrion du Cameroun Marthe-Cécile Micca interpelle le bassiste.

«Par ailleurs j’aimerais savoir en quoi votre célébrité a été bénéfique aux Camerounais ? Depuis que Boko Haram sévit au Cameroun, je n’ai vu aucune motion de soutien à l’Armée Camerounaise sur votre mur. Vous avez certainement un cerveau d’une rare espèce qui vous pousse à avoir une appréciation sélective des diverses réalités du Cameroun. Vous avez dit que vous ne poserez plus vos pieds au Cameroun parce que la double nationalité n’est pas autorisée au Cameroun. Alors restez dans votre pays et parlez des drames qui frappent votre pays. Si la situation des Camerounais vous préoccupe tant, je crois que vous avez mieux à leur offrir», conclut-elle.

Liliane J. Ndangue

 

Populaires cette semaine

To Top