Economie

L’Etat a obtenu les 150 milliards d’Emprunt obligataire 2014 sollicités

l'Emprunt-obligataire-Cameroun

Au terme de l’opération, les résultats présentés vendredi à Yaoundé par le ministre des Finances révèlent des souscriptions de 153 milliards de F, soit un excédent de trois milliards.

Pour l’emprunt obligataire « ECMR 5,50% net par an 2014-2019 » qui visait à mobiliser 150 milliards de F, les investisseurs ont souscrit à hauteur de 153 milliards de F. C’est trois milliards de F de plus que la somme recherchée par l’Etat du Cameroun. Un résultat qui, pour Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances (Minfi), « traduit la confiance des investisseurs dans la signature de l’Etat ». Troisième opération, troisième succès. La signature de l’Etat reste crédible auprès des investisseurs. Outre la publication des résultats de cette opération, la conférence de presse organisée vendredi dernier à Yaoundé par le Minfi était davantage l’occasion de remercier les différentes parties ayant contribué au succès de cette opération, à l’instar de la SCB Cameroun, arrangeur de l’emprunt et du syndicat de placements.

Qui a souscrit ?

Sur les 153 milliards de souscriptions, 100 milliards de F ont été souscrits par les établissements de crédits et 53 milliards de F par les épargnants associés à différentes institutions. La prise ferme de 50 milliards de F annoncée par la SCB Cameroun lors du lancement de l’opération le 25 novembre dernier à Douala a été réalisée. Ce qu’il faudra aussi retenir, c’est que de plus en plus, les épargnants locaux souscrivent aux titres émis par l’Etat. Précision du Minfi, « L’emprunt obligataire vise tous les Camerounais capables de mobiliser leurs revenus pour impulser le développement du pays ». L’offre des investisseurs ayant dépassé le montant sollicité, l’Etat, conformément à la note d’information de l’emprunt, va procéder avec l’arrangeur, à une réduction des souscriptions en retenant en priorité celles des personnes physiques et des personnes morales non-bancaires.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Où va l’argent ?

Les ressources mobilisées sont comme prévu, destinées au financement des projets inscrits dans la loi de finances 2014. Les fonds seront immédiatement réinjectés dans l’économie. Le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, présent à la conférence de presse a d’ailleurs pu rappeler la part qui revient aux projets énergétiques. 40,8 milliards de F à injecter dans les barrages de Lom Pangar (15 milliards de F), Memve’ele (15 milliards de F) et Mekin (10,8 milliards de F). « Tous les projets seront livrés à temps grâce à cet emprunt et à d’autres sources de financements », a déclaré le Minee.

A côté des projets énergétiques, il y a également des projets portuaires qui vont bénéficier des fonds issus de cet emprunt, notamment 25 milliards de F pour le Complexe industrialo-portuaire de Kribi. Dans le secteur de l’élevage, le projet de construction des abattoirs et des entrepôts frigorifiques au Cameroun consommera 1,742 milliards de F. Les infrastructures routières ne sont pas en reste. La conférence de presse a aussi été l’occasion pour le Minfi d’expliquer à nouveau la rentabilité des projets retenus au financement de cet emprunt. Pour Alamine Ousmane Mey, l’Etat s’est engagé dans un processus de transparence. Comme pour les deux premières opérations du genre, menées successivement en 2010 et 2013, l’Etat compte rembourser ce nouvel emprunt à date, conformément au calendrier arrêté.

Josiane TCHAKOUNTE

Populaires cette semaine

To Top