Features

Les tenants et les aboutissants de l’inimitié entre Eyebe Ayissi et Ndong Soumhet

Eyebe-Ayissi-NDONG-SOUMHET

Le compte rendu de la bataille de coqs entre les deux membres du gouvernement le 27 juillet dernier dans le village de Lobo, département de la Lékié représenterait un acte antipatriotique selon la présidence de la République.

Le directeur de publication du quotidien Mutations a été entendu à la Police de Yaoundé ce matin (NDLR 29 juillet 2015) pendant une heure, pas suite à une plainte de Eyebe Ayissi, encore moins de Ndong Soumhet. Il s’agit plutôt d’une audition sur instruction de la « présidence de la République ». Laquelle a instruit le délégué général à la sureté nationale, qui a instruit à son tour le directeur de la police judiciaire, d’entendre Xavier Messè. Raison ? Le commentaire qui suit l’article sur le clash entre Ndong et Eyebe. La « présidence » estime qu’en temps de guerre et au moment où le Cameroun accueille le président Buhari, l’auteur de l’article (Yanick Yemga, chef de la rubrique politique), qui a écrit que les élites s’affrontent à travers le Cameroun « sous le regard bienveillant de Paul Biya » a posé un acte « antipatriotique ».
Ainsi va le Cameroun de Paul Biya.

Le paragraphe qui précède a été rédigé sur sa page Facebook par le rédacteur en chef du quotidien Mutations qui sa rendu compte dans le menu détail des injures que se sont échangées le ministre délégué à la présidence de la République en charge du contrôle supérieur de l’Etat et le secrétaire d’Etat à l’enseignement de base. Comprendre. Le ministre chargé du Contrôle supérieur de l’Etat Henri Eyebe Ayissi et le secrétaire d’Etat à l’enseignement de base Benoit Ndong Soumhet se sont donnés en spectacle a Lobo dans le département de la Lékié lundi 27 juillet dernier. Les deux hommes faisaient partie de la délégation dépêchée sur place pour calmer les populations décidées à bloquer le chantier de l’autoroute Douala-Yaoundé pour des questions d’indemnisations. Mais comment se fait-il que les querelles de leadership dans la Lékié ont pris le pas sur la mission d’apaisement du gouvernement ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A y regarder de près, tous les éléments ont patiemment été rassemblés depuis quelques années pour conduire à la confrontation violente qui s’est déroulée lundi dernier a Lobo entre Henri Eyebe Ayissi et Benoit Ndong Soumhet. L’incident se résume à une querelle d’ego entre les deux membres du gouvernement. Selon des sources de newsducamer, la réunion foraine avec les populations de la Lékié pour discuter des indemnisations aurait été commandée par la présidence de la République au ministre chargé du Contrôle supérieur de l’Etat. Celui-ci aurait alors organisé une concertation de préparation avec les élites du département. Une réunion boycottée d’une manière ou d’une autre par le ministre de l’Agriculture Essimi Menye et par le secrétaire d’Etat Ndong Soumhet avec lequel il entretient des relations exécrables de notoriété publique.

Une fois à Lobo comme il fallait s’y attendre, Eyebe Ayissi et Ndong Soumhet revendiquent la présidence de la réunion et manquent de peu d’en venir aux mains.

Selon une source proche des deux hommes, quelques indicateurs permettent de comprendre les tenants et les aboutissants du conflit ouvert qu’ils se livrent depuis la lettre ouverte de Ndong Soumhet de février dernier. Le principal indicateur est que la hiérarchie partisane et politique dans la Lékié a été imbriquée de telle sorte qu’il n’est pas évident de savoir lequel entre Eyebe Ayissi et Ndong Soumhet est le véritable leader du parti sur le plan local. Eyebe Ayissi est ministre délégué à la présidence mais simple membre du Comité central du RDPC. Quant à Ndong Soumhet, il est conseiller du Secrétaire général du parti mais n’est que secrétaire d’Etat dans le gouvernement.

A ceci faut-il sans doute ajouter le redécoupage de la Lékié en deux circonscriptions électorales en 2013. Avec pour tête de file dans la Lékié Ouest Ndong Soumhet et à l’Est Henri Eyebe Ayissi. Le problème ici que la nomination d’Eyebe en tant que coordonnateur départemental des activités du RDPC n’a pas encore été résiliée. Pourtant le village de Lobo se trouve dans la Lékié Ouest i.e. dans le fief de Ndong Soumhet. Rien à dire, dans un tel enchevêtrement de responsabilités, l’incident de lundi dernier est tout, sauf un accident.

Populaires cette semaine

To Top