Actu'Décalée

Les services de sécurité Camerounais auraient déjoués un attentat contre Idriss Déby

Idriss-Deby- Shekau-Stop Boko Haram

Selon Jeune Afrique, les services de sécurité camerounais ont permis à N’Djamena de déjouer une attaque contre le président tchadien Idriss Déby. Ceux qui doutaient encore de l’efficacité de la coopération sécuritaire entre le Tchad et le Cameroun, ont sûrement dû déchanter en apprenant que celle-ci a permis à N’Djamena de déjouer un attentat contre le président tchadien. Dans son édition numéro 2847 du 03 au 08 août 2015, le magazine panafricain Jeune Afrique qui cite une source au sein de l’appareil de sécurité du Cameroun, révèle que « Yaoundé avait, en janvier, prévenu N’Djamena de l’imminence d’une attaque contre Idriss Déby Itno».

Le canard de Béchir Ben Yahmed ajoute que « les services camerounais avaient en effet intercepté des communications dont les auteurs s’informaient des itinéraires empruntés par le cortège du président tchadien, de la fréquence de ses déplacements et, de l’importance de son dispositif de sécurité ». Et c’est l’échec de ce « projet » macabre qui a contraint « les terroristes à s’attaquer à des cibles de moindre importance dans la capitale tchadienne », conclut JA en faisant référence aux attentats qui ont ensanglanté N’Djamena les 15 juin et 11 juillet derniers.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sachant que le communiqué conjoint qui sanctionne la visite de travail et d’amitié du président nigérian à Yaoundé, les 29 et 30 juillet dernier, précise que Muhammadu Buhari et Paul Biya « ont convenu d’intensifier l’échange de renseignements entre les services de sécurité des deux pays », l’information dévoilée par Jeune Afrique n’apparait que plus importante. D’abord parce qu’elle administre la preuve que dans la stratégie globale de lutte contre Boko Haram, le tandem Tchad – Cameroun fonctionne bien puisque les informations échangées au niveau stratégique arrivent au niveau opérationnel, permettant ainsi de se prémunir contre certaines attaques.

Ensuite, l’on apprend que les services de renseignements camerounais – souvent très critiqués – sont un outil très efficace pour contrer les attentats et autres menaces dont sont porteurs les adeptes de Boko Haram. Ils en ont d’ailleurs fait la démonstration vendredi dernier, en permettant l’arrestation de trois terroristes présumés dans la région de l’Extrême-Nord. Enfin, à la lumière de cette annonce relative à l’intensification de l’échange de renseignement dans ce domaine avec le pays de Muhammadu Buhari, l’on pressent que la communication entre les services de sécurité du Cameroun et du Nigeria n’a jusqu’ici, pas été à la hauteur de celle établie entre Yaoundé et N’Djamena. En sera-t-il autrement demain ?

Franchira t-on (enfin) le cap des intentions pour arriver au stade des actions concrètes ? Le fait que le Nigeria semble comme le Cameroun afficher sa détermination à « éradiquer Boko Haram », nous incitent à plus d’optimisme. Quoique…

© Mutations : Yanick Yemga

Populaires cette semaine

To Top