Features

Les ravisseurs du Maire de Lagdo exigent la libération d’ Aboubakar Sidiki

le-maire_otages_lagdo_centrafricaines

Soupçonné d’entretenir une rébellion, Aboubakar Sidiki avait été interpellé à Douala le 09 Juin 2014 par des forces spéciales camerounaises. Bientôt un mois que le Maire de Lagdo et ses 15 autres accompagnateurs sont en captivité entre les mains d’une rébellion centrafricaine. Les négociations se multiplient entre les médiateurs de l’Etat camerounais et le groupe armé.

A la première phase de négociations la partie centrafricaine réclamait une demi-dizaine de milliards francs CFA. Les Maires des communes de la région du Nord se sont mobilisés pour assister financièrement l’Etat pour trouver le montant de la rançon en vue de la libération de leur collègue. Quelques jours plus tard, les ravisseurs ont formulé d’autres revendications, notamment la libération d’Aboubakar Sidiki. «Leur principale doléance maintenant c’est la remise en liberté d’Aboubakar Sidiki », informe sous anonymat, l’un des médiateurs.Cette revendication faite par le groupe armé basé en RCA a obligé les uns et les autres à croire que c’est « une affaire camerounaise » comme le dit le médiateur. «Plusieurs personnes soupçonnées d’être liées au dossier ont été interpellées et conduites à Yaoundé où elles sont interrogées», confie notre source.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Aboubakar Sidiki dont le groupe armé « centrafricain » réclame sa libération, est le président du Mouvement Patriotique du Salut Camerounais (Mpsc). Ce dernier a été interpellé le 09 Juin 2014 à Douala, dans ses bureaux situés au carrefour Bonadibong. Le président du Mpsc qui est toujours détenu dans un lieu secret à Yaoundé est soupçonné d’appartenir à un groupe armé qui préparait la déstabilisation du Cameroun à partir du territoire centrafricain.

Peter KUM

Populaires cette semaine

To Top