Features

Les ravisseurs des huit Camerounais de Garoua-Boulaï ont donné un ultimatum

rebelle-coalition-seleka-Camerounais-bandits-coupeurs-de-route-gendarmerie

Les rebelles centrafricains ont donné trois jours au gouvernement camerounais pour libérer leur chef Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont donné trois jours aux autorités camerounaises pour libérer leur chef, Abdoulaye Miskine, qui serait détenu depuis un an à Yaoundé. Ceci comme condition pour libérer huit Camerounais enlevés près de Garoua Boulaï, dans la région de l’Est le 20 septembre dernier.

«Comme vous le savez, il y a des gens qui ont été pris en otage. Ils ont relaxé certains et ont demandé à une femme de nous passer leur message. Ces voyous nous ont donné un ultimatum de 72 heures. Dans leur message, ils revendiquent la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine», a confié le sous-préfet de Garoua Boulaï, Lawrence Diyem Jam, dans les colonnes du quotidien le Jour, édition de ce 30 septembre.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le journal a pu prendre le témoignage de Esther Safou épouse Koulagnia, l’une des otages libérée pour transmettre le message des rebelles du FDPC. «Ils ont demandé que je vienne dire au maire, au sous-préfet, même au président Paul Biya qu’ils veulent que leur chef, Abdoulaye Miskine, qui est détenu à Yaoundé soit libéré. Car depuis, ils n’ont pas de ses nouvelles, ils ne savent même pas s’il est encore en vie. Que si leur chef n’est pas libéré, ils vont revenir attaquer le Cameroun, ils vont prendre Garoua Boulaï», explique cette femme dont l’enfant et le mari ont été enlevés.

Seulement, l’ultimatum a expiré et aucune nouvelle ne circule encore sur le sort des otages et la destination des ravisseurs. «Bien sûr qu’on peut avoir peur, mais l’Etat ne peut pas se ridiculiser devant les voyous. L’Etat ne peut pas se soumettre aux gens sans foi ni loi. Il ne faut pas que les voyous viennent nous dicter leur volonté», rassure le sous-préfet de Garoua Boulaï.

Journalducameroun.com

Populaires cette semaine

To Top