Economie

Les prix des Œufs de table en baisse à Bafoussam

œufs

A l’origine de cette situation, la hausse de la production et l’instabilité dans la sous-région. Depuis le début du mois de mars, les œufs de table se vendent à bas prix dans plusieurs marchés de la ville de Bafoussam. L’alvéole chez les grossistes varie selon le gabarit des œufs, de 1 350 F à 1 450.

En janvier dernier, les mêmes étaient vendus à 1 600 F les petits et 1 700 F pour les œufs plus gros. Pour leur part, les détaillants ajoutent 100 à 200 F par alvéole. Mais le prix reste toujours abordable pour les consommateurs qui peuvent ainsi faire des économies de 200 à 400 F par alvéole. Face à cette situation, les grossistes ont le sourire jaune, du fait de la baisse des bénéfices. « En début d’année, les œufs coûtaient très chers. La tendance à la baisse que nous vivons actuellement est due à la production qui est en nette amélioration dans la plupart des fermes », explique Basile Dinang, grossiste. Du côté des éleveurs, l’on se réjouit plutôt de cette situation, ce d’autant plus qu’elle est voulue par les pouvoirs publics avec le lancement du programme Agropole des œufs de table de Baleng en octobre 2013, pour approvisionner en grande quantité les marchés.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon Jules Claude Sonafouo, porteur principal de cet Agropole et propriétaire de la Société coopérative de production et de commercialisation des œufs de table de Baleng, « ce projet a apporté une valeur ajoutée au panier de la ménagère en relevant la production qualitative et quantitative des œufs. » Pour lui, le fait que le prix des œufs ait baissé est tout à fait normal. « Actuellement, l’offre est supérieure à la demande, et c’est une situation qui peut varier du jour au lendemain, d’autant plus que l’agropole de Baleng produit en moyenne 40% des œufs disponibles sur le marché national ». D’autre part, l’instabilité qui sévit à nos frontières est également l’un des facteurs à l’origine de la baisse. D’après les producteurs et les commerçants, les principales zones d’écoulement des œufs sont les pays de la sous-région (Tchad, Gabon, Guinée équatoriale, RCA, etc.) Or, en ce moment, l’activité aux frontières est au ralenti, ce qui « a une influence significative sur nos chiffres d’affaires », conclut Basile Dinang.

Eric Vincent FOMO

Populaires cette semaine

To Top