Actu'Décalée

Les passagers aux abois ont failli incendier l’agence régionale de la Camair-Co à Yaoundé

camair_co_en_feu_yde

Le calme n’est revenu qu’après l’arrivée sur les lieux des éléments des équipes spéciales d’intervention rapide (ESIR). Les voyageurs mécontents commençaient à brûler les pneus pour consumer l’édifice. Rien ne va plus du tout à la Cameroon Airlines Compagnie (Camair-Co). Alors que depuis quelques semaines, les usagers assistent à des reports voire à des annulations quasi systématiques de leurs  vols -aussi bien sur les plans intérieurs qu’extérieurs- on a failli frôler le pire ce lundi 7 septembre 2015 en fin de matinée, à l’agence régionale de notre compagnie nationale sise à la montée de la Cathédrale Notre dame des victoires de Yaoundé.

En effet, il était un peu plus de 10 heures 55 min  lorsque la température est montée d’un cran. Pour les témoins oculaires de la scène et autres riverains du lieu-dit Camair,  des éclats de voix seraient partis de l’intérieur du bâtiment où des passagers furieux étaient venus demander des explications aux responsables de la Compagnie, après l’abrogation de quelques uns de leurs vols. Très vite, soutiennent nos sources, les bureaux qui tiennent lieu d’agence régionale se seraient avérés exigus pour contenir l’afflux. Toutefois, la furie des grévistes serait partie du sans-gêne, mais surtout de l’agacement affiché par quelques standardistes qui auraient nous dit-on, sollicité l’intervention de la sécurité pour déloger les contestataires.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

C’est face à ce manque d’intérêt que la horde des frondeurs aurait donc entrepris de hausser le ton en utilisant les moyens plus coercitifs. Dans la foulée, quelques uns des voyageurs mécontents restés à l’extérieur de l’agence avaient ainsi décidé de passer à l’acte. Sur ces entrefaites,  voyant les choses tourner au vinaigre, ce sont  les éléments du corps de garde de l’agence Camair-Co Yaoundé qui auraient aussitôt appelé le 117. Arrivés en catastrophe sur le théâtre des évènements, les policiers de l’ESIR auraient donc calmé les esprits en stoppant net ce qui se tramait,  avant de disperser la foule.

Selon les informations puisées sur les lieux, de nouveaux désagréments liés aux annulations de dernière heure, seraient à l’origine de cet énième mouvement d’humeur.

La semaine dernière et plus précisément le mardi 1er septembre, prés de 200 passagers avaient déjà manifesté devant l’agence régionale de la Camair-Co à Yaoundé. Plusieurs vols, en l’occurrence un vol international en partance pour Paris et un second, domestique celui-là, à destination de Maroua-Salak, avaient été annulés in-extrémis.

Interrogés sur les raisons de ces dysfonctionnements répétitifs, un responsable régional de la Camair-Co pour la ville de Yaoundé, joint au téléphone,  évoque sous anonymat,  tantôt l’indisponibilité,  mais surtout le manque d’avions. « Pour pouvoir combler le gap lié au déficit en aéronefs, nous sommes parfois obligés de privilégier certaines destinations au détriment d’autres » a  conclu notre interlocuteur.

Yves Junior Ngangue

Populaires cette semaine

To Top