Features

Les pèlerins séquestrent les agents de CAMAIR-CO

Camair-co-Aviation-Cameroun

Ils réclament leurs bagages abandonnés à l’aéroport de Djedda par une compagnie aérienne portugaise.

Les agents de Camair-Co en service à l’aéroport international de Garoua ont passé la nuit du 20 au 21 octobre 2014 dans des conditions difficiles. Ils ont été séquestrés pendant plus de 11 heures de temps à l’aéroport, par une horde de pèlerins furieux. Du lundi 20 octobre à 22h au mardi 21 octobre à 9 h, des pèlerins en furie les ont tenus éveillés, réclamant leurs bagages débarqués en Arabie Saoudite après le Hadj. «Cela fait exactement trois jours que nous tournons en rond ici à l’aéroport et passons les nuits à la belle étoile.

Personne ne s’occupe de nous et pourtant notre présence prolongée dans ces lieux ne relève pas de notre bon vouloir. Nous attendons nos bagages débarqués de l’avion à Djeddah sous prétexte que l’avion ne pouvait porter tous nos bagages», fulmine Alhadji Ousmanou, un pèlerin. «Nous sommes arrivés ici dimanche 19 octobre à 14 h, et depuis lors rien n’est fait. Il y a eu entre temps trois ou quatre vols venus d’Arabie Saoudite, mais personne ne se soucie de nous ou de nos bagages.

Personne ne cherche à savoir comment nous nous débattons pour manger ou pour dormir. Mais aujourd’hui, nous leur ferons goûter les conditions dans lesquelles nous sommes ici depuis plusieurs jours. Ils passeront la nuit avec nous. Ils ne bougeront pas tant qu’une solution ne sera pas trouvée à notre problème», explique tout en colère Mme Bobbo, qui attends ses bagages avant de regagner Guider. Ils sont en effet plus de 100 pèlerins qui attendent désespérément depuis plusieurs  jours l’arrivée de leurs bagages. Ils ont été embarqués à bord des vols KNE 8516- KNE 8518- et KNE– 8520 d’Euro Atlantic Airways, une compagnie aérienne portugaise, les 18 et 19 octobre 2014.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Ils ont promis nous les faire expédier le même jour par un vol qui devait décoller juste quelques deux heures après le nôtre. Nous sommes partis de Djeddah vers 10h locale et sommes arrivés à Garoua quatre heures plus tard. Ils nous ont dit qu’au plus tard à 16 h de l’après-midi nous devrions rentrer en possession de nos effets. Malheureusement jusqu’à ce jour, nous ne savons pas où se trouvent nos sacs. Et personne ne nous dit quelque chose», regrette pour sa part Alhadji Aboubakar, un pèlerin venu de Poli dans le Faro  et Deo.

NÉGOCIATIONS

Après âpres pourparlers, la direction générale de la Camair-Co a trouvé une voie de sortie de crise aux environs de 9 h du matin. Par une lettre d’engagement signée du chef de département des opérations au sol, Victor Feudjio, la Camair-Co rassure les pèlerins de ce que leurs bagages seront à Garoua le 22 octobre 2014, à bord d’un vol spécial. Lequel vol atterrira à Garoua à 17 h00. «Nous, soussignés, chef de département des opérations au sol, confirme qu’un vol spécial sera mis en place le mercredi 22 octobre 2014, itinéraire Djeddah-Garoua, arrivée prévue à 17 h locale, avec tous les bagages à mains, débarqués des trois vols derniers», peut-on lire sur la lettre d’engagement signée de Victor Feudjio.

En plus de la lettre, Camair-Co s’est engagée à reverser 20.000 Fcfa à chaque pèlerin. Finalement, l’appareil tant attendu, «le Dja» de Camair- Co, a atterrit à l’aéroport de Garoua le 22 octobre à 17h53, avec à son bord 66 passagers de la Mecque. Camair-co est le transporteur officiel des pèlerins camerounais. Avec sa flotte réduite, elle n’est pas en mesure de combler les attentes. Aussi, à quelques jours du pèlerinage à la Mecque, s’est–elle référée à des compagnies déjà réputées pour transporter les fidèles musulmans gabonais, nigérians, nigériens et burkinabés.

© L’Oeil du Sahel : YVONNE SALAMATOU

Populaires cette semaine

To Top