Features

Les lions indomptables du Cameroun perdus dans des championnats de seconde zone

lions-limbe

Des crampons à celui qui sera capable de citer sans hésitation, le nom des nouveaux lions indomptables de football ou encore de reconnaître leur visage.

Il est loisible de constater que de plus en plus, la plupart des compatriotes convoqués dans la sélection des lions indomptables évoluent dans des championnats moins côtés en bourse de valeur footballistique. Sur la liste des joueurs convoqués dans la tanière des lions indomptables par le sélectionneur Belge Hugo Bross, plusieurs sont sociétaires des championnats les moins représentatifs en Europe. Pour le dernier mercato également, les camerounais n’ont pas été sollicités par des grands clubs. Beaucoup viennent de la république Tchèque de la Slovaquie, de l’Ecosse … Il y a également eu  plusieurs transferts (41) des joueurs locaux à l’extérieur, mais dans des clubs mal classés. Tenez par exemple, pour la dernière convocation du mois de Septembre Hugo bross a fait appel comme gardiens de but à André Onana (Ajax Amsterdam, Pays-Bas), Fabrice Ondoa (Tarragone, Espagne), Pouaty Moise (Union sportive de Douala). Chez les Défenseurs : Ngade Ngadjui (Slavia Prague), Mbaizo Olivier (Union de Douala), Bitolo Ambroise Oyongo (Impact Montréal, Canada), Adolphe Teikeu (Sochaux, France), Djeitei Mohamed (Gymnastic Taragone en Espagne), Aaron Mbimbe (Coton sport de Garoua), Jonathan Ngwem (FC Progresso de Luanda, Angola), Allan Nyom (Watford, Angleterre), Chez les milieux de terrain on note la présence de Franck Kom (Karlsruhe en Allemagne), Sébastien Siani (Ostende, Belgique), Tchiani Tony (Colombus Crew), Djoum Arnaud (Hearts), Boya Franck (Apejes de Mfou), Salli Edagr (FC Nuremberg). Et enfin en attaque Benjamin Moukandjo (Lorient, France), Njie Clinton (Tottehnam, Angleterre), Eric-Maxim Choupo-Moting (Schalke 04, Allemagne),) Ndip Tambe (Spartak Tmava), Abang Anatole (BK Avarta Danemark), Karl Toko (Angers, France).  Meme si d’aucun voient dans ce chiffre, que la destination camerounaise est prisée, il faut dire que jadis, c’était l’inverse, les joueurs sélectionnés pour défendre nos couleurs ont fait leurs preuves dans de grands championnats des pays européens.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En regardant  les grands championnats espagnols, anglais allemands, italien, français, on compte au bout du doigt les camerounais jouant dans les clubs réputés de ces pays précédemment cités. Nos frères s’engagent dans des championnats faiblement visibles sur l’échiquier médiatique européen, il faut être un as de la recherche sur internet pour s’enquérir de leurs évolutions, ainsi que de leurs différents championnats. Il devient aussi de plus en plus rare de voir les camerounais évolués en champion’s league, en Europa league. Le souvenir des soirées footballistiques européens, avec la présence des camerounais dans les arènes nous manque depuis un bon bout de temps. Il n’y a plus Samuel Eto’o, Stéphane Mbia, Gérémi Njitap et bien d’autres pour enflammer nos soirées de champion’s league, d’europa league et de championnats. C’est la baisse de régime des joueurs camerounais qui s’observe ainsi et c’est triste et mélancolique.

Lionsss.jpg

Au regard de ce constant qui précède, quelle explication pouvons nous apporter à cette baisse de régime? Plusieurs amoureux du foot pensent que cette situation reflète le niveau de nos lions. C’est le cas de Charly Raoul, selon lui : « cela est dû au fait que le niveau de ces championnats reflète le niveau réel de nos lions. » c’est donc dire que la ruée des camerounais vers les championnats de seconde est tributaire de la qualité de ces lions. Stéphane, observateur averti du foot parle d’un problème du suivi des joueurs : « le profil de carrière de la plupart des joueurs camerounais n’est pas suivi de bout en bout par les agents de joueur qui ont un rôle important. » bien plus, certains pensent qu’il s’agit d’avantage d’un problème de formation. Donald, formateur des jeunes souligne que : « la formation à la base n’est pas suivie et bien encadrée, ce qui peut s’avéré être un problème plutard dans l’évolution du jeune footballeur. »

Ainsi, lorsqu’on ne construit pas une fondation solide en matière de football jeune, la carrière du jeune doit rencontrer difficultés par la suite. En outre certains spécialistes pensent que le talent n’y est plus. Il n’existe pas au sein des lions, des joueurs talentueux capables de faire la différence et changer le cours d’un match. Toutes ces tentatives d’explications montrent à souhait que le football souffre d’une régénérescence. L’Académie Nationale de Football (ANAFOOT), vient donc à point nommée pour repenser le foot camerounais, à condition que sa mise sur pieds respecte les règles de l’art comme on l’observe sous d’autres cieux.

Chancelin WABO

Populaires cette semaine

To Top