Economie

Les investisseurs sollicités pour un emprunt obligataire

emprunts-Trésor-public-pensionnés-ministre-Alamine-Ousmane-Mey-minfi-investisseurs-administrations-camer24-

Le Minfi est allé vers eux mardi à Douala, dans le cadre de l’opération Ecmr 150 milliards.

C’est ce mardi 25 novembre que le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, a rencontré des investisseurs à Douala, dans le cadre du lancement d’un nouvel emprunt obligataire par appel public à l’épargne. Rappel, l’Etat espère 150 milliards F de cette opération, dont les détails ont été donnés aux partenaires potentiels, réunis pour la circonstance dans les locaux du Gicam à Bonanjo. En tout, 15 millions d’obligations sont émises, à raison de 10 000F l’une, et le minimum de souscriptions est de dix. La rémunération est de 5,5% net par an (2014-2019) et la période de souscription court du 24 novembre au 23 décembre.

Pour la troisième fois donc, après 2010 et 2013, l’Etat revient vers les investisseurs à Douala. Preuve sans doute que les deux premières opérations ont donné satisfaction aux différentes parties. Le Minfi a en tout cas invité les investisseurs à continuer de faire confiance au Cameroun, pays qui respecte ses engagements, tient à la qualité de sa signature, et veut résolument poursuivre sa marche vers l’émergence. Un objectif qui passe, souligne le Minfi, « par la réalisation d’un certain nombre de projets en matière d’énergie, d’agriculture, d’infrastructures… ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Afin d’illustrer cette option, Alamine Ousmane Mey a rappelé qu’il y a quatre ans, « on parlait de projet de gaz à Kribi. Aujourd’hui on est en phase d’extension » de la structure. En d’autres termes, l’argent collecté est destiné à des opérations précises. L’Etat se faisant le devoir de l’affecter de manière efficiente aux projets retenus. Le Cameroun, poursuivra le ministre des Finances, veut, au-delà d’une croissance plus forte, « créer des emplois ». Il est question que les investissements génèrent des « profits partagés », bénéficiant aux entreprises, à l’Etat et aux populations.

Une « prise ferme de 50 milliards F » a été faite mardi par la Scb, arrangeur de l’opération. L’ensemble des fonds collectés servira au financement partiel des projets inscrits dans la loi de finances 2014 et portant notamment sur la construction des infrastructures routières, portuaires et énergétiques.

 © Alliance Nyobia |Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top