Buzz

Les généraux de Compaoré récupèrent la révolution

Seuls les incurieux ignorent que depuis 1966, le pouvoir politique au Burkina Faso est la propriété des militaires, Blaise Compaoré qui est un pilier de la nébuleuse Françafrique jouit du soutien discret mais très efficace de l’armée française qui quadrille toutes les anciennes colonies françaises en terre africaine et au-delà, quand à la haute hiérarchie de l’armée, en 27 ans il a largement  eu le temps d’y placer  les généraux suffisamment fidèles, surtout lorsqu’on sait que la nomination d’un général relève de la discrétion du Chef d’Etat et que le grade le plus élevé dans l’armée est celui de colonel.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Après plus de trente morts non confirmés officiellement et des centaines de blessés, la haute hiérarchie de l’armée est entrée en conclave ce 30 Octobre 2014  afin de briser les reins de cette révolution populaire et éviter que des opposants populistes soient portés au pouvoir par la foule et les envoie à la retraite d’office ; c’est donc un coup d’état que les généraux ont fait en annonçant la dissolution du parlement et du gouvernement, tout en évitant dans leur communiqué d’évoquer le rôle que va jouer Président Blaise Compaoré durant cette transition d’un an qu’ils annoncent et en évitant de répondre aux questions pressantes des journalistes.

Quelques heures plus tard, c’est Blaise Compaoré en personne qui apparaît à la télévision pour annoncer des concessions et la formation d’un gouvernement d’unité nationale, ce qui signifie implicitement qu’il reste l’homme fort du pays et qu’il ira jusqu’au bout de son mandat, les morts de la journée comptent pour du beurre, en attendant la réaction de la rue qui va se réveiller ce Vendredi 31 Octobre avec le sentiment d’une victoire confisquée…

Populaires cette semaine

To Top