Features

Les enseignants sont les oubliés du Renouveau depuis 1994 selon le MRC

maurice kamto_enseignants-Boko-Haram-MRC

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a fait une déclaration à l’occasion de la journée internationale des enseignants. Déclaration dans laquelle il livre la vision de son parti sur leur situation au Cameroun.

Le président du Mrc, Maurice Kamto ne rate plus une occasion pour s’exprimer. Sa dernière sortie, est une déclaration  faite  à l’occasion de la journée des enseignants, célébrée le 05 octobre 2015.

Dans cette déclaration publiée  dans le quotidien Mutations édition du mercredi 07 octobre 2015, le numéro 1 du Mrc affirme que «en raison de l’ostracisme publique et sociale qui frappe les enseignants, de la maternelle à l’université, dans notre pays sous le Renouveau, cette journée des enseignants  est plutôt l’occasion de déplorer leurs conditions de travail et personnelles honteuses».

Probablement «parce qu’ils n’interviennent pas dans la chaine de la fraude électorale qui permet au régime de se maintenir au pouvoir, qu’ils ne jouent aucun rôle dans  le maintien de l’ordre et  l’étouffement des contestations sociales et qu’ils n’appartiennent pas à la chaine judicaire sur laquelle le régime s’appui, les enseignants sont les oubliés du Renouveau depuis 1994», précise t- il.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sur les conditions des seigneurs de la craie, Maurice Kamto soutient que à cause de leur misérable pouvoir d’achat qui ne leur permet pas toujours de s’offrir un petit déjeuner, «des enseignants sont aujourd’hui amenés à emprunter le goûté de leurs écoliers afin d’éviter de tomber en hypoglycémie (…) Dans les établissements publics et privés, les enseignants se mettent à l’aise dans l’herbe, quelquefois  à la vue e leurs écoliers, élèves et étudiants».

Dans l’enseignement supérieur, c’est le même constat qui est fait. «Les grosses cylindrées des responsables, recteurs, vice recteurs, doyens, responsables financiers, éblouissent le visiteur alors même que les campus sont dépourvus de bibliothèques, de connexion internet, de salle de pause pour enseignants et même simplement de toilettes», relève le président du MRC.

En termes de propositions, l’ancien ministre indique qu’avec le pacte éducatif, l’un des 5 piliers de la vision du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le MRC  doit faire de l’éducation une priorité nationale. «La démocratie comme le développement se bâtissent avec des citoyens bien éduqués et bien formés, éclairés et mobilisés», confie t- il.

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top