Features

Les éclairages de Issa Tchiroma sur la mise en œuvre du Plan d’urgence

présidentielle-2018-Issa-Tchiroma-Plan-d-urgence-Boko-Haram

Le Ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, s’est exprimé face à la presse trois jours après le Conseil des ministres du 15 octobre 2015. Issa Tchiroma était face à la presse samedi 17 octobre 2015. Il était question pour le Ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement de donner des indications sur les principaux points à l’ordre du jour du Conseil ministériel que présidait le Chef de l’Etat Paul Biya quelques jours plutôt. Notamment sur le Plan d’urgence et l’organisation des Coupes d’Afrique des nations de football 2017 et 2019.

En ce qui concerne le Plan d’urgence, le Mincom a indiqué que le Chef du gouvernement a voulu apporter des réponses claires et précises concernant la phase pré-opérationnelle. Issa Tchiroma a donc révélé ce qui suit:

«Il aura donc fallu mettre en place avant toutes choses, pour l’exécution du plan d’urgence, d’un cadre institutionnel pour finaliser la maturation des projets par les maîtres d’ouvrage concernés, identifier et sécuriser les assiettes foncières destinées à abriter chaque projet, puis procéder aux études techniques précédant le début d’exécution desdits projets.

Pour la phase de passation des marchés -étape qu’il fallait adresser avec soin et méthode- l’objectif était d’une part, de garantir le respect des règles de bonne gouvernance et de transparence dans la sélection des entreprises adjudicatrices, et d’autre part, de disposer à terme, de prestations de bonne qualité aux coûts les plus compétitifs.

Au terme de l’avis général à manifestation d’intérêt, 350 entreprises ont été pré-qualifiées, et à ce jour, les préalables administratifs sont réglés pour l’essentiel.

En ce qui concerne la situation à proprement parler de la mise en œuvre des projets inscrits au plan d’urgence triennal, plusieurs composantes sont en cours d’exécution.

Dans le domaine de la santé, les travaux de réhabilitation des infrastructures et de relèvement des plateaux techniques des hôpitaux généraux de Yaoundé et de Douala, ainsi que ceux du CHU de Yaoundé, débuteront dès le mois de novembre 2015.

Quant à la construction des centres régionaux hospitaliers dans les chefs-lieux de régions autres que Yaoundé et Douala, les travaux de construction des centres d’Ebolowa, de Bamenda et de Bafoussam sont prévus pour démarrer en janvier 2016. Viendront ensuite ceux de Maroua, de Garoua et de Ngaoundéré, puis ceux de Bertoua et de Buea; la durée prévisionnelle des travaux étant à chaque fois fixée à dix-huit mois.

Pour ce qui est du volet urbain, les axes routiers à réhabiliter à Yaoundé et à Douala ont été sélectionnés, pour un linéaire total de 232 km environ. Les travaux concernant les voiries secondaires ont démarré depuis le mois de juin dernier à Yaoundé. Les travaux lourds relatifs aux voies fortement dégradées vont s’intensifier au mois de novembre 2015.

Pour la sous-composante habitat, il est prévu la construction de 800 logements, à raison de 100 logements par région, et à l’exception de Yaoundé et de Douala.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dès le mois en cours, c’est-à-dire dès octobre 2015, l’entreprise chargée de ces travaux se sera déployée à Bertoua et dans les régions septentrionales, afin de prendre possession des sites identifiés. Les travaux de construction concernant Ebolowa démarreront avant la fin de cette année.

Dans le cadre du développement des industries animales, il est prévu la construction et l’équipement d’un abattoir moderne à Ngaoundéré et l’équipement de quatre entrepôts frigorifiques à Yaoundé, Kribi, Ngaoundéré et Ebolowa. Les travaux débutent dès la fin de ce mois à Ngaoundéré et à Yaoundé. Ils commenceront à Ebolowa et à Kribi en novembre prochain.

Dans le secteur de l’eau, tous les marchés relatifs à la réalisation des 900 forages et 19 adductions d’eau potable dans les dix régions, ont été attribués. Les premiers ouvrages seront livrés au courant du mois de novembre 2015, et l’ensemble des forages sera réceptionné dans les six mois à venir.

Pour ce qui est de l’énergie, secteur dans lequel il est prévu le renforcement et la stabilisation de certaines lignes d’électricité et la construction d’un barrage à Bini par Warak, la recherche des financements se poursuit activement.

S’agissant du réseau routier, les 20 axes de désenclavement des bassins de production prévus à raison de deux par région, ont déjà été identifiés. Les dossiers d’appel d’offres pour l’exécution des travaux et le contrôle géotechnique de cinq tronçons de la première phase, ont également été élaborés. Il s’agit des axes Douala-Bonèpoupa-Yabassi ; Ekondo-Titi-Kumba ; Soa-Esse-Awae ; Mandjo-Batouri ; et Maroua-Bogo. Les travaux y relatifs démarreront dès que les financements correspondants auront été levés.

Pour ce qui est du volet agricole et de l’aménagement du territoire, il est prévu la création de plusieurs agropoles et l’aménagement de 120 mille hectares de périmètres hydro-agricoles, l’appui aux agro-industries et la construction de grands marchés de ravitaillement.

À ce jour, 13 mille hectares de périmètres hydro-agricoles ont été identifiés à l’Extrême-nord, et la procédure de passation des marchés y afférente a déjà démarré.

Dans le volet sécurité, 38 marchés relatifs à la construction de postes de sécurité aux frontières, ont été attribués, à raison de 20 pour la Sûreté Nationale, et de 18 pour la gendarmerie. Pour la Sûreté Nationale, les travaux ont démarré dans les régions septentrionales. En ce qui concerne la gendarmerie, la construction des unités prévues à Douala démarreront au cours de ce mois d’octobre.

Voilà, Mesdames, Messieurs les journalistes, la situation de la mise en œuvre du plan d’urgence, telle qu’elle a été présentée par le Premier ministre, chef du gouvernement, lors du conseil ministériel du 15 octobre dernier».

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top