Features

Les conducteurs de moto s’insurgent contre Boko Haram

Regroupement-des-Syndicats-de-moto-taxis

Les responsables du Regroupement des Syndicats de moto taxis ont donné un point de presse ce jeudi 11 septembre 2014 à Yaoundé pour marquer leur soutien à la lutte contre la secte islamiste qui sème la terreur dans le Nord du pays.

Le Regroupement des Syndicats de Moto Taxi du Cameroun appelle à une union sacrée en vue de combattre la secte islamiste Boko Haram qui sème la terreur dans l’Extrême Nord du Cameroun. Les responsables de cette organisation ont donné ce jeudi 11 septembre 2014, un point de presse à Yaoundé pour marquer leur soutien à la lutte contre cette organisation terroriste. « Nous sommes derrière les institutions de la République pour botter les Boko Haram hors de nos frontières. » A indiqué Dieudonné Nguegleo le porte-parole de ce mouvement.A en croire ces responsables syndicaux, des séminaires seront organisés sur l’ensemble du territoire national pour sensibiliser les conducteurs de moto sur le phénomène Boko Haram et le désordre qu’il sème dans la partie septentrionale du pays. « Quand ça commence au Nord, ça peut finir au Sud. Nous voulons organiser des séminaires pour qu’au recoin où se trouve un conducteur de moto taxi au Cameroun, qu’il sente que si un adversaire veut l’enrôler comme ils ont eu l’occasion d’enrôler certains compatriotes au Nord, qu’ils sachent à quoi s’en tenir, qu’ils ne passent pas par lui pour détruire ce pays », a ajouté le porte parole du Regroupement des syndicats de moto taxis du Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Maroua-Motos-Taxi-3-600px

Maroua-Motos-Taxi-3-600px

Joint au téléphone, Ferdinand Fongang, président du Groupement des associations et syndicats de moto-taxis (Grasmota) basé à Douala, explique qu’il s’agit plus exactement pour le Regroupement de soutenir le Président de la République qui a « demandé de ne pas céder à ce phénomène de Boko Haram », explique le leader syndical. A l’en croire, cette action rentre dans le cadre de l’une de leurs missions qui est celle d’éduquer et de sensibiliser leurs camarades. « Nous devons éduquer nos camarades parce qu’il ne faut pas que s’il y a un phénomène, que ça vienne les ramasser ou bien pour qu’ils ne se retrouvent pas en train de faire une chose parce qu’ils ne le savent pas. » Ajoute le président du Grasmota. D’autres actions de sensibilisations pourront être engagées par le Regroupement pour ce qui est de la Prévention contre la maladie Ebola au sein de leur profession, fait savoir notre interlocuteur.

Wiliam Tchango

Populaires cette semaine

To Top