Features

Les compétitions locales du football féminin grippées

Football - feminin - Cameroun

Le Tournoi de football de la femme toujours attendu, pas de compétition depuis novembre 2014. Elles  sont dans l’expectative. Rien à l’horizon. Aucune rumeur sur le championnat voire sur la tenue ou non du « Tournoi de la femme ». La compétition était pourtant organisée tous les ans depuis 2011, avec pour objectif de multiplier le nombre de compétitions pour les dames afin de permettre aux joueuses locales  d’avoir du jus dans les jambes. Elle se tenait entre février et mars. Mais cette année, il n’y aura visiblement pas de Tournoi de la femme. Dans les clubs, de nombreux départs enregistrés vers l’Occident, l’Asie, les pays voisins ou plus simplement vers d’autres clubs locaux. A Femina d’Ebolowa, on dénombre près de cinq départs vers la Guinée équatoriale. 

Le dernier souvenir de certaines d’entre elles est celui du match avancé de la quatrième journée disputé en avril 2014. Sur le site de la Fédération camerounaise de football, dans la rubrique « Football Live », la dernière actualité, remonte au  6 mai 2014. On communiquait alors le programme de la 6e journée de cette compétition. A ce sujet, Eyenga Manga, président de Femina Star d’Ebolowa raconte, « l’an dernier, le championnat n’a pas pu aller jusqu’au bout. Après mon match avancé de  la 4e journée, je n’ai ni disputé celui de la 5e journée, ni celui annoncé pour la 6e journée contre AS Kirikou. On ne sait plus qui est qui, à la Fécafoot. On est perdu. Vous voyez, même le Tournoi de la femme n’a pas été lancé. On ne connaît même pas la situation des clubs sanctionnés », dit-il. Si la coupe du Cameroun a été disputée et la finale remportée l’an dernier en novembre par Louves Minproff, les footballeuses restent dans l’attente des compétitions.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La saison dernière, en effet, huit clubs sur les 14 prenant part au championnat ont été rétrogradés de trois divisions (Sawa United Girls de Douala, Lorema FC de Yaoundé, AS Locomotive de Yaoundé, Ecole Franck Rohliceck de Douala, AS Kirikou de Garoua, Caïman de Douala, Emergence filles de Yaoundé et AS Yaoundé V) et leurs promoteurs, suspendus pour cinq ans. Cette décision privait désormais le Littoral d’éventuels représentants dans l’élite. Pour ces clubs suspendus, on est dans l’attente. « J’ai souhaité libérer les filles, mais une personne proche de la Fécafoot m’a conseillé d’attendre. Nous avons été rétrogradés mais on pouvait au moins disputer le tournoi du 8 mars. Le mois est terminé. Je ne sais pas si cette compétition se tiendra toujours encore moins le championnat avec le désordre observé actuellement », rapporte Philippe Mvondo, président de Loréma filles de Yaoundé.

L’on apprendra qu’à ce jour, les clubs n’ont toujours pas de procès-verbal homologuant le championnat s’il faille considérer qu’il s’est achevé. Depuis l’an dernier, la machine du football féminin semble grippée. Du moins, pour ce qui est du championnat national. Seul refuge pour certaines, la sélection nationale. Les nombreux  regroupements, permettent de tenir. Après le regain de 2011, on craint que l’allant ne retombe pour le football féminin. Avec les perturbations, la compétitivité des joueuses qui alimentent en majorité la sélection est remise en cause. Approché par CT, le chef département communication et marketing de la Fécafoot, Laurence Fotso, a laissé entendre qu’une circulaire sera envoyée aux clubs d’ici jeudi pour préparer la réunion de relance du championnat qui devrait reprendre dans deux semaines.

Angèle BEPEDE

Populaires cette semaine

To Top