Features

Les Comités régionaux de normalisation de la Fécafoot suspendus

Fécafoot-la-quote-part-des-clubs-Tombi-A-ROKO-Fifa-Qatar

La sentence rendue vendredi dernier par la Chambre de conciliation et d’arbitrage. Le verdict de l’affaire opposant les Ligues régionales et départementales de football à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), au sujet de la nomination de Comités de normalisation régionaux a été rendu vendredi dernier, par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc).

D’après l’extrait du plumitif du contentieux, « la Chambre annule la décision du président du Comité de normalisation du 03 mars 2015, suspendant les exécutifs des ligues régionales et départementales de la Fécafoot ».  Par ailleurs, la Chambre annule également les décisions du 17 avril 2015, portant nomination des membres des Comités régionaux et départementaux de normalisation. Enfin, pour la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Cnosc, « Les exécutifs des ligues régionales et départementales de la Fécafoot élus dans le cadre du processus électoral de 2009 restent en fonction jusqu’à la finalisation du processus électoral conformément à l’article 29 du Code électoral ». Les différentes parties disposent d’un délai de 20 jours à compter de la notification de la sentence pour se pourvoir devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne (Suisse).

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’affaire s’inscrit dans un contexte de relance du processus électoral à la Fécafoot, marqué par d’interminables batailles judiciaires entre le Comité de normalisation et certains acteurs du football local. En nommant des responsables dans les Comités de normalisations régionaux, il s’agissait notamment pour le Pr. Joseph Owona, président du Comité de normalisation de la Fécafoot,  de permettre la « gestion des compétitions » dans leurs ressorts territoriaux. Mais, certains ex-dirigeants de ligues régionales, représentés par Abdouraman Hamadou, avaient exprimé leur désaccord, considérant ces nominations comme un moyen de les empêcher de reprendre leurs précédentes fonctions.

Steve LIBAM

Populaires cette semaine

To Top