Features

Les chefs d’Etat en conclave au sommet U.S-Afrique ce Mercredi

sommet-Etats-Unis-Afrique

Le premier sommet Etats-Unis sera marqué aujourd’hui par un conclave entre le chef de l’Exécutif américain et ses hôtes africains. Le très prestigieux Département d’Etat a été choisi pour servir de cadre à cette rencontre qui, de l’avis de nombreux observateurs avertis, devrait faire date dans l’histoire des relations internationales. Durant sept heures d’horloge, le président de la République, Paul Biya, et ses pairs africains auront face à eux Barack Obama et les membres de son cabinet pour un échange interactif franc et approfondi. 

Le dialogue se déroulera dans le cadre de trois ateliers. Le premier consacré au thème « Investir dans l’avenir de l’Afrique », traitera des investissements durables inclusifs, de la croissance économique, du commerce et de l’investissement. Le deuxième atelier intitulé « Paix et stabilité régionale » permettra aux participants au sommet d’échanger lors d’un déjeuner-débat sur des préoccupations communes relatives à la paix et à la sécurité, et surtout de proposer des solutions aux conflits régionaux, aux défis de la paix et à la lutte contre les menaces transnationales comme Boko Haram . 

S’agissant du troisième atelier « Gouverner pour la prochaine génération », il servira de plate-forme d’échanges francs sur les plus grands défis et opportunités pour le progrès politique et économique de l’Afrique, avec un accent particulier sur la gouvernance. Les participants à cet atelier accorderont également une attention particulière aux moyens à mettre en œuvre pour attirer des investissements directs américains et endiguer les flux des financements illicites. 

Quête des partenaires crédibles 

Le choix des thèmes de ces ateliers ne relève pas du hasard. En effet, initiateurs du sommet de Washington, les Etats-Unis représentent la première puissance économique de la planète. Face à la poussée d’autres acteurs, le pays de Barack Obama a besoin de partenaires crédibles à travers le monde en vue de préserver et, si possible, consolider son leadership. 

Dans ce contexte, l’Afrique est unanimement présentée désormais comme un continent d’avenir. Avec, globalement, des taux de croissance parmi les plus élevés du monde. L’afro-pessimisme de la fin du XXe siècle a donc vécu. C’est tout le sens du sommet historique en cours, appelé à dessiner de nouvelles lignes de force sur l’échiquier économique, voire politique du monde. 

Et dans cette Afrique renaissante en quête de meilleure visibilité, il y a le Cameroun de Paul Biya, locomotive de la sous-région de l’Afrique centrale et qui œuvre pour le demeurer. Les grands travaux d’infrastructures en cours, ces dernières années, à travers le triangle national : port en eau profonde de Kribi, barrages de Lom Pangar, Memve’ele et Mekin, routes et cimenteries… constituent le signe patent de cette détermination de forger un avenir plus radieux pour le Cameroun et ses populations. Des atouts qui font de notre pays un partenaire tout indiqué pour la partie américaine dans sa nouvelle stratégie de rapprochement avec l’Afrique. 

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Forum économique 

Le sommet qui s’est ouvert lundi dernier à Washington D.C a été marqué hier par trois temps forts : le forum économique Etats-Unis-Afrique, une réunion consacrée à la lutte contre Boko Haram et une réception à la Maison Blanche. Organisé au Mandarin Oriental Hotel à l’initiative du Département américain au Commerce et la Fondation Bloomberg Philanthropies créée par l’homme d’affaires et ancien maire de New York Michael Bloomberg, ce rassemblement particulièrement couru a vu la participation du président Paul Biya qui a multiplié des contacts avec des investisseurs et autres responsables américains et africains. Normal quand on sait que le chef de l’Etat est déterminé à faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035. 

Parmi les modérateurs des ateliers qui ont notamment porté sur l’élargissement du partenariat d’affaires entre les Etats-Unis et l’Afrique, l’ouverture des marchés en vue du financement de l’Afrique de demain et le développement des infrastructures, des personnalités de haut rang à l’instar de William Jefferson Clinton, fondateur de la Fondation Clinton et 42e président des Etats-Unis, Donald Kaberuka, président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Susan Rice, assistante du président Obama et conseiller à la sécurité nationale. Au nombre des intervenants, des industriels mondialement reconnus dont Aliko Dangote, PDG de Dangote Group, Jeff Immelt, PDG de General Electric, Doug McMillon, PDG de Wal-Mart Stores, Ajay Banga, PDG de MasterCard,Sim Tshabalala, Joint Chief Executif of Standard Bank, Mo Ibrahim, fondateur et président de la fondation Mo Ibrahim, Muhtar Kent, PDG de Coca-Cola Company et Virginia Rometty PDG de IBM. 

Cinq chefs d’Etat africains représentant les cinq zones du continent ont pris la parole au cours de ces assises. Il s’agit de Paul Kagame du Rwanda pour l’Afrique centrale, Macky Sall du Sénégal pour l’Afrique de l’ouest, Jacob Zuma de l’Afrique du sud pour l’Afrique australe, Jakaya Mrisho Kikwete de Tanzanie pour l’Afrique de l’est et Mohamed Moncef Marzouki de Tunisie pour l’Afrique du Nord. Le président Barack Obama a clôturé la série des interventions par un plaidoyer pour le renforcement du partenariat Afrique – Etats-Unis, en invitant les investisseurs américains à s’intéresser davantage à ce continent en pleine expansion économique et qui pourrait faire mieux que le taux de croissance actuel de 5,4% s’il était doté d’infrastructures appropriées, de l’énergie électrique suffisante en quantité et en qualité et s’il était débarrassé des conflits et autres actes terroristes qui minent son développement. 

Après avoir participé à cet important forum économique, le président de la République a pris part hier soir à la Maison Blanche en compagnie de la première dame, Chantal Biya, à une réception offerte en l’honneur des chefs d’Etat et de gouvernement africains et leurs conjoints par le président Barack Obama et son épouse. Lundi dans la soirée, le chef de l’Etat a honoré de sa présence la réception offerte aux hôtes de marque des Etats-Unis par les parlementaires américains.

© BADJANG ba NKEN | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top