Features

Les Camerounais, spécialistes des livres qu’ils n’ont pas lus

livre-le-choix-de-laction
C’est quoi un expert ? Un consultant sur une chaîne de télévision ? La question peut paraître ridicule, dans un contexte caractérisé par une floraison de «docteurs» et autres «professeurs», qui ne se contentent plus des amphithéâtres. De quoi parlent ces gens que le boom médiatique nous a imposés ?
En fait, ces braves consultants qui écument les plateaux de télévision et professent de la science prétendument inspirée ont-ils seulement le temps de lire? Quand et quoi?L’occasion m’a été donnée ces derniers mois de truster avec un livre, le livre d’un expurgé du système, d’un pestiféré s’il faut dire. Pour dire les choses comme elles sont, j’ai été amené, dans le cadre de mon travail, à placer des exemplaires de Le choix de l’action. Mes dix ans au Minat, le livre de Marafa Hamidou Yaya, auprès de potentiels lecteurs. Eh bien, Cet exercice qui n’est autre chose que du petit commerce m’a valu bien de déconvenues.
Et des surprises. Ma première vraie déception est venue d’un aîné pour qui je garde toujours beaucoup de respect, malgré tout. Leader d’une association de la société civile en vue dans la ville de Bafoussam, beaucoup de monde gravite autour de lui. J’ai donc innocemment pensé qu’il pourrait tirer avantage du contenu d’un livre écrit par le concepteur de la politique actuelle de décentralisation, pour éclairer son entourage sur les atermoiements du processus, dès lors qu’il gère une bibliothèque.Je reconnais que le contexte de la présentation du livre était cafouilleux, un mélange de travail et d’amitié. Mais la suite m’a beaucoup inquiété, pour le degré d’intolérance que son attitude peut charrier. Avant que je ne vienne les récupérer, les deux exemplaires du livre que j’ai déposés sur sa table avaient été soigneusement cachés, «de peur que quelqu’un ne découvre qu’il fréquente Marafa».
Il faut reconnaître qu’il lui reproche d’avoir instrumenté l’arrestation et la condamnation d’un élu local, l’ex-maire de Njombé-Penja Paul Eric Kingue, qui n’a pas fini de subir le rouleau compresseur de la justice.Soit! Mais cela est-il suffisant pour empêcher aux membres de son association, dont certains avaient une envie sérieuse de lire l’ouvrage, de découvrir les prétentions du célèbre prisonnier? Et dire que cette association est l’une des rares que Marafa Hamidou Yaya cite de manière laudative dans son livre, pour avoir organisé un séminaire sur la décentralisation qu’il a présidé.
Franklin Ludovic Kamtche Via JournalDuCameroun

Populaires cette semaine

To Top