Features

Les avocats d’ Afrique Média s’en remettent à la justice

Les conseils de la chaîne de télévision sanctionnée estiment qu’elle a déjà purgé sa suspension. Les deux avocats commis  par la télévision Afrique Media pour assister à la mise sous scellés des bureaux du président directeur général Justin Blaise Tagouh sont repartis de là déçus.

Me Charlotte Tchakounté et Me Robert Yambi considèrent que l’opération conduite par l’officier de police Robert Takuété sur ordre du préfet du Wouri Paul Naseri Bea, ne s’est pas faite dans les règles de l’art. Charlotte Tchakounté énumère plusieurs anomalies dont le défaut d’information des conseils d’Afrique Media et la non rédaction d’un procès-verbal. « Pour sceller, on informe, nous n’avons pas été informés. Un procès-verbal de scellés n’a pas été dressé, ce qui n’a pas été fait malgré la demande que j’ai formulée. On me l’a promis en disant que je pouvais le retirer au commissariat central N°1. Après la mise sous scellés, j’ai demandé, on m’a répondu qu’il n’y a pas de document à me donner. Il y a problème ! », clame la juriste.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

 « Nous sommes obligés de référer à ce qui est écrit sur le document qui est attaché à la porte du Pdg d’ Afrique Média », se plaint-elle. Son collègue quant à lui remet en cause le processus de sanction. Me Robert Yambi explique qu’ Afrique Média a déjà purgé sa suspension. Il en veut pour preuve la notification de la sanction servie à ses responsables le 15 juin 2015. Il considère que celle-ci a été purgée dès cette date. Les deux avocats ne baissent pas les bras pour autant. Ils comptent sur la justice pour donner raison à leur client. Me Tchakounté  annonce que le juge de référé va être saisi sans délai pour contester l’acte initié par le Conseil national de la communication. Ainsi espère-t-il voir disparaître les scellés qui bloquent les portes des installations de la télévision « panafricaine » au Cameroun.

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top