Features

Les agressions se multiplient à Bafoussam.

élèves_de_Bafoussam-homosexualité

En cette saison, la hauteur des plantes facilite la planque des agresseurs. Au petit matin du lundi 15 juin 2015, un groupe de présumés agresseurs a été interpellé par des éléments de la compagnie de gendarmerie de Bafoussam II, au cours d’une rafle au quartier Kamkop. La veille, ils avaient agressé un conducteur de moto-taxi et emporté son engin, qu’on a retrouvé en leur possession.

Il y a dix jours, deux enfants du promoteur de l’agence Général voyages ont été découpés à la machette par des agresseurs sortis du champ, dans le même quartier. L’un était allé escorter son frère, qui revenait d’un voyage nocturne. Dans le quartier voisin de Gouache, les populations vivent avec la peur dans le ventre.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Au lieu dit entrée école normale, des bandits ont pris une concession en otage dans la nuit du 7 juin dernier. Vers 3h du matin, les malfaiteurs ont cassé la barrière de cette concession appartenant à une veuve et ont opéré après avoir scellé de l’extérieur la barrière d’un militaire qui habite à côté. L’homme en tenue, qui se sait épié par des gaillards du quartier, a appelé la police. Arrivés sur les lieux, les policiers n’ont mis la main sur aucun d’eux, qui maîtrisent les ruelles du quartier.

Une première fois, ils avaient volé dans cette maison habitée par des élèves-maîtresses, où certaines avaient pu résister. En partant, ils avaient promis de revenir. Il y a un mois, des femmes ont été agressées à un petit carrefour à côté de la paroisse Saint Jean Paul II, à Banengo II. A 20h, le voyou qui se cachait tantôt dans une maison en construction, tantôt dans le champ de maïs environnant, a violé plusieurs femmes. Désormais, pour marcher la nuit, il faut s’armer de courage.

Populaires cette semaine

To Top