Culture'Urbaine

Les 10 personnalités qui ont secoué 2014 – Mani Bella

Mani Bella-Pala pala-Can

La chanteuse poids plume a fait danser le Cameroun et une partie du vaste monde, avec «Pala Pala Woman» et «Face à Face». Les deux titres d’un maxi single soutenu par ce qui pourrait être l’équipe nationale du Bikutsi

En principe, il devrait y avoir peu de controverses en 2014 pour désigner l’artiste le plus dominateur de la scène, aussi bien sur le plan local que sur le plan international. Cette année, il y aura eu Mani Bella et les autres. Une performance d’autant plus remarquable que le genre musical bikutsi était englué dans des tares qui le rendaient inexportable.

LE PERSONNAGE

Si à 27 ans Véronique Mani Bella chante des phrases dures contre les mauvaises langues, c’est sans doute parce que l’adversité ne manque pas. Quand on « googlise » son nom sur la Toile, on trouve autant de ragots la décrivant comme criminelle ou plagiaire, que de références célébrant ses succès artistiques. La petite fille de Cherami de la Capitale et fille du bassiste Mani Léon, dit Pilatus, a de qui tenir. Notamment le sens du tube. «Kongossa» le titre phare de son premier album «Pousse la vie» (avril 2010) lui vaut d’être sacrée meilleur artiste féminin au Festi-bikutsi 2011 et révélation féminine des Mvet d’or 2011. Beaucoup croient au coup de chance. Et raillent sa petite taille, l’éclaircissement spectaculaire de sa peau…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’EVENEMENT

Entre décembre 2013 et janvier 2014, Mani Bella introduit un maxi de deux titres. Elle confie la signature des clips à de jeunes Camerounais basés au pays. La mayonnaise prend rapidement. Le 8 mars, «Pala Pala» est déjà le refrain qu’on danse partout. En mai, la magie envahit le sommet du palmarès « African Hit 10 » de la chaîne panafricaine Trace Africa, où elle s’installe pendant des semaines. En juillet, le « journal Afrique » de France 24 la présente comme la chanson du moment. En octobre elle est nommée aux « All Africa music Awards 2014 » prévus au Nigeria. En novembre, elle confirme en plaçant au premier rang du même African Hit 10, «Face à Face» le deuxième extrait du maxi single

L’IMPACT

C’est une mini-révolution pour le bikutsi, dont les plus grands succès se limitaient jusque-là à la sphère nationale (si l’on excepte les Têtes Brûlées de 1988). Visuellement, Mani Bella a trouvé une brèche dans le système exigeant des clips «acceptables» à l’international. Lady Ponce avec son «Poisson fumé» appuie la nouvelle donne. Le succès de Mani Bella tranche, pour l’heure, le débat sur la difficulté d’exporter un bikutsi  saturé par   des usages lascifs et misérabilistes. Musicalement aussi, c’est un recentrage moins électro qui a été confié à l’arrangeur Bertrand Eba, entouré de spécialistes bikutsi arrivés à maturité et habitués à jouer ensemble.  Ce qui n’est pas sans rappeler l’époque de l’équipe nationale du makossa. Enfin, l’odyssée Mani Bella cette année semble avoir tracé une frontière tangible entre les vraies professionnelles de la musique et les bimbos aphones en quête de lumière.

© ARTHUR BILOUNGA 

Populaires cette semaine

To Top