Economie

l’emprunt obligataire 2014 à l’heure des comptes

l'Emprunt-obligataire-Cameroun

Les souscriptions ont été clôturées mercredi soir. L’arrangeur SCB Cameroun dispose de trois jours maximum pour virer l’argent au Trésor public.

La période de souscription à l’emprunt obligataire « ECMR 5,50% net par an 2014-2019 » a duré 30 jours (du 24 novembre au 23 décembre 2014). Le montant total des offres reçues devrait être communiqué par la SCB Cameroun, arrangeur de cette opération à l’Etat du Cameroun. On saura alors si les offres des investisseurs dépassent les 150 milliards de F attendus par l’Etat du Cameroun ou s’ils sont en deçà.

D’après les indications contenues dans la note d’information de cet emprunt, si à la date de clôture des souscriptions la somme totale des fonds recueillis est inférieure à 150 milliards de F, l’Etat du Cameroun pourrait prolonger la période de souscription après information de la Commission des marchés financiers (CMF). Par contre, si les offres des souscripteurs dépassent les 150 milliards de F, l’Etat du Cameroun a deux possibilités. La première, demander l’autorisation à la CMF en vue d’augmenter le montant de l’émission à hauteur maximale des sommes souscrites (comme en 2013). La deuxième, procéder avec l’arrangeur (SCB Cameroun) à une réduction des souscriptions en retenant en priorité les souscriptions des personnes physiques et morales non-bancaires.

Pour les deux précédentes opérations du genre, le montant des souscriptions a toujours été supérieur à la somme sollicitée par l’Etat. En effet, lors de l’emprunt obligataire de 2010, « ECMR 5,6% net 2010-2015 », la toute première, le montant des offres dépassaient les 200 milliards de F sollicités. Le deuxième emprunt obligataire, celui de 2013, « ECMR 5,9% net 2013-2019 », a connu le même succès, avec des souscriptions qui ont cumulé à plus de 81 milliards de F. Performance qui a emmené l’Etat à revoir à la hausse le montant initial annoncé (50 milliards de F) pour le porter à 80 milliards de F.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après les explications reçues au ministère des Finances (Minfi) hier, l’arrangeur de ce troisième emprunt, la SCB Cameroun notamment a depuis hier, commencé à centraliser les offres reçues des différents établissements placeurs (auprès desquels les investisseurs ont souscrit) et à effectuer les dernières vérifications avant le virement des fonds dans les comptes du Trésor public. L’établissement arrangeur dispose d’un délai maximum de trois jours, pour boucler cette autre étape. Ce qui voudrait dire que d’ici vendredi prochain, l’Etat du Cameroun  devrait rentrer en possession des ressources mobilisées et payer les dépenses prévues. Les projets éligibles au financement de cet emprunt sont connus. Il s’agit de manière globale, des projets relevant du domaine de l’énergie (40,8 milliards de F), des infrastructures routières à construire ou à réhabiliter (61,3 milliards de F), des projets portuaires (25 milliards de F) et la participation de l’Etat dans les entreprises publiques (21 milliards de F).

Quid des remboursements ?

L’année prochaine, l’Etat boucle le remboursement des 200 milliards de F levés en 2010. Jusqu’ici, les opérations y relatives se déroulent à date. Dans un communiqué publié hier, la représentation de la masse des obligataires dudit emprunt annonce le paiement le 29 décembre prochain, de la troisième tranche du capital ajoutée aux intérêts, soit 55,59 milliards de F. Quant à l’emprunt obligataire de 2013, les intérêts évalués à 4,7 milliards de F seront payés le 27 décembre prochain, avant le  début du remboursement du capital qui démarre en 2015. En respectant ainsi ses engagements, l’Etat assure sa crédibilité auprès des investisseurs.

© Josiane TCHAKOUNTE | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top